Patrick Jane a deux affaires de vol qui ont mal tourné à régler. Le problème est que l’un des cambriolages a été organisé par ses soins et que le voleur qui a été arrêté le menace de tout révéler.

Cette semaine, Patrick Jane a deux investigations sur les bras, mais une seule l’intéresse vraiment, car elle pourrait le mettre dans une position très délicate. Il avait besoin de quelque chose appartenant à LaRoche et n’a pas trouvé de meilleures solutions que d’engager un voleur, Donny Culpepper (déjà croisé dans l’épisode A Price Above Rubies – 2×09), pour qu’il s’occupe de l’affaire.

À côté, nous avons donc un vol qui s’est terminé en meurtre. Ce qui sort l’enquête de l’ordinaire est que la victime n’est pas ce qu’elle prétendait être et que le coupable n’est pas parvenu à obtenir ce qu’il voulait, et il cherche encore l’objet mystérieux qui semble tout bonnement introuvable. Pour ne rien simplifier, deux spécialistes de la sécurité et de l’espionnage industriel entrent dans la chasse au trésor.

Dans tout ça, Jane ne trouve pas vraiment sa place, puisqu’il a d’autres préoccupations. Certes, il sera là pour résoudre l’affaire, mais tout le gros du travail est accompli par l’équipe de Lisbon.

L’un des gros soucis de la série est que quand le mentaliste n’est pas investi dans ce qui se passe, il est difficile de rendre l’histoire captivante. C’est en quelque sorte ce avec quoi les scénaristes se battent ici, tentant d’implémenter suffisamment de twists pour générer un mystère assez compliqué pour maintenir l’attention du spectateur. Le problème est que c’est bien trop voyant et que Patrick semble régulièrement suggérer qu’il n’en aura pas pour longtemps à démêler tout ça une fois qu’il aura pris la peine de s’y intéresser. Et il le fera, mais en attendant, les agents du CBI ne font que leur travail routinier, ce qui n’est pas réellement palpitant.

Redacted ne parviendra donc pas à véritablement décoller, car les mésaventures de Patrick Jane, même ridicules, attirent bien plus l’attention que tout ce qui se passe à côté. Cela dit, la fin laisse suggérer que toute cette mascarade avait pour but de ramener doucement l’intrigue Red John/Hightower sur le tapis, ce qui a le mérite d’éviter que l’ensemble soit juste inintéressant.