The Mentalist - Redline (2.13)

L’équipe du CBI est appelée quand le corps d’une femme vendeuse de voitures de luxe est retrouvé dans le coffre d’une Bentley de sa concession.

The Mentalist nous emmène dans le monde de la voiture de luxe, ce qui va offrir la possibilité de voir de beaux engins défiler pendant quasiment tout l’épisode. Les amoureux du véhicule en auront au moins pour leurs yeux.

Belle mécanique ou non, il y a un meurtre à résoudre, et dès les débuts, nous avons une jolie liste de suspects, en partie à cause du nombre de guest-stars. Entre les collègues de travail, riches clients et petit ami, il y a au départ une brochette de suspects potentiels non négligeable, mais il faut bien dire que beaucoup ne sont que de simples opportunistes ou juste des ambitieux imbus de leur personne.

Cela ne va aucunement empêcher Rigsby et Van Pelt d’être bien plus investie dans leur vie personnelle que professionnelle, et d’avoir une dispute. Lisbon annonce qu’elle doit déclarer leur relation, et l’un d’eux sera alors pas conséquent muté. Nous voilà devant une situation assez classique, où chaque mot de Rigsby est retourné contre lui par Van Pelt, qu’il s’agisse de carrière ou de mariage. Ainsi, ils interviennent peu dans l’enquête et la plupart de leurs scènes se révèlent trop banales pour vraiment fonctionner. Heureusement, elles ne prennent pas beaucoup de place – tout cela n’aboutissant finalement que sur Lisbon leur annonçant qu’elle fait le choix de ne rien faire.

Comme souvent cette saison, Patrick Jane est donc soit avec Lisbon, soit avec Cho, qui sont de toute façon les deux seuls de l’équipe à pouvoir le gérer. Le mentaliste va s’intéresser à un suspect particulier, un riche et ancien client de la décédée, Walter Mashburn. Ce dernier est sans aucun doute la bonne idée de l’épisode, que ce soit quand il drague Lisbon ou dans ses interactions avec Jane. En fait, il se révèle être approximativement sur la même longueur d’onde que le mentaliste, ou tout du moins, une bonne entente et complicité s’installe entre les deux, ce qui fait qu’on finit par se dire qu’il serait bien dommage que cela soit le coupable. D’un autre côté, il est difficile de réellement le prendre pour un véritable suspect. Ainsi, il faut bien dire que pour la seconde partie de l’épisode, c’est avant tout la dynamique entre les deux hommes qui fascine plutôt que l’enquête.

Si l’affaire policière n’est pas des plus étoffées, Redline offre plutôt la possibilité de se pencher sur la personnalité de Patrick Jane de façon assez légère et bien orchestrée. Le mentaliste fait son show et cela fonctionne.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire