Le CBI enquête sur le meurtre d’une jeune femme, et la disparition d’une autre, après que la police ait retrouvé la voiture sans les deux passagères.

The Mentalist continue sa tranquille montée qualitative, sans se presser. Les épisodes deviennent ainsi plus consistants, et moins prévisibles.

Cette semaine, Patrick Jane passe énormément de temps avec la seconde victime, après que cette dernière ait été retrouvée. En fait, on note ici que la série ne joue pas beaucoup avec l’aspect scientifique, même si ce point fait forcément partie des méthodes utilisées pour attraper les tueurs. C’est un peu un retour aux vieilles méthodes, avec l’instinct de Jane, et l’utilisation des témoins ou victimes pour parvenir à ses fins. Il est donc avec la jeune femme, et essaie de lui raviver la mémoire.

Quand on approche de la fin, on commence à voir le tueur pointer le bout de son nez, à deviner un peu de qui il s’agit, mais la construction scénaristique, limitant les protagonistes, facilite et complique à la fois la tâche. Peu de personnages secondaires, donc peu de suspects potentiels, mais nous sommes tellement concentré autour de la victime que les autres ne font pas grand-chose, ce qui fait qu’on ne devine pas particulièrement le responsable, on y songe à peine pendant un moment d’ailleurs, laissant Jane faire son travail, la confiance qu’il insuffle dans les autres fait encore de son effet sur le spectateur.

Nous avons aussi le droit à un petit flashback, premier depuis le pilote à nous offrir un bref aperçu de la femme et fille de Patrick Jane, nous rappelant ainsi son passé, et que forcément, cela finira par revenir sur le devant de la scène. Comme il y a de fortes chances que cela soit au moment des sweeps, ou de la mi-saison, le fait de l’amener tout doucement montre une certaine maitrise, pour rappeler au spectateur que malgré son beau sourire, la vie de Patrick Jane a été chamboulée, même détruite, et que, finalement, on ne sait rien de lui.

The Mentalist s’affirme doucement, prend ses marques, et on regarde le show s’améliorer avec plaisir.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire