The Mentalist - Rose-Colored Glasses (2.11)

Un double homicide conduit Lisbon et son équipe à une réunion d’anciens élèves.

Deux corps sont retrouvés, avec balle dans le torse. Les victimes sont un couple, Selby et Jana Vickers, qui avaient rendez-vous. Pas n’importe où, à leur réunion d’anciens élèves. Promo 1995. Ce n’est pas Cold Case, mais The Mentalist, alors pas de flashbacks, mais on ne coupera pas à la musique so 90’s, qui nous rappelle que le temps passe vite. 15 ans, cela s’entend !

Chance pour nos enquêteurs, la petite sauterie est organisée sur le week-end, ce qui permettra d’avoir tous les possibles suspects accumulés au même lieu. Ils ne sont pas ultras nombreux, mais il y a suffisamment de clichés dans le coin pour avoir matière à suspect potentiel. Surtout, les meurtres sont liés à une vieille blague d’assez mauvais goût ayant ruiné la vie d’un élève.

On aurait pu s’imaginer que lancer Patrick Jane au milieu d’un évènement pareil, cela allait forcément causer des dégâts. Finalement, pas tant que cela. Oh bien sûr, il va déclencher involontairement une bagarre quasi générale, mais cette dernière valait le coup rien que pour sa justification fournie à Lisbon.

Et puis, il faut bien dire que ce qu’il va faire de plus mémorable dans l’histoire est d’un registre légèrement plus subtil. Pour découvrir le coupable, il va pousser Rigsby à mémoriser noms et évènements pour qu’il puisse se faire passer pour Derrick Logan – celui qui fut victime de l’humiliation et qui a ensuite quitté l’école sans laisser de traces. Pour se faire, il va le faire chanter, le menaçant de révéler sa relation avec Van Pelt à Lisbon. Enfin, cela offre une entrée triomphale de Rigsby dans la peau de Logan, sur fond de « Here comes the Highstepper » de Ini Kamoze. Voir Risgby se la jouer cinq minutes et faire preuve d’autant de confiance et de bagou est assurément l’un des grands moments de cet épisode.

Avec Rose-Colored Glasses, The Mentalist s’offre un petit bond dans le passé pas trop important, que ce soit sur la courbe du temps ou sur sa place dans l’intrigue. Celle-ci n’est pas des plus captivante, mais l’épisode se révèle avant tout accrocheur grâce à de multiples passages qui maintiennent notre attention, à l’aide d’une bonne dynamique et de répliques efficaces.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire