The Mentalist – Scarlett Fever (1.15)

La présidente d’un country Club est assassinée lors d’une soirée mondaine qu’elle organisait chez elle. Le CBI enquête alors auprès des autres membres du club, entre commérages et rivalités.

L’enquête du jour nous amène, une fois de plus, dans un univers où l’argent ne manque pas vraiment, enfin, la crise économique n’épargne personne, quand même, et il faut bien se renflouer d’une manière ou d’une autre, comme on va le découvrir.

Même si la personne responsable du meurtre m’est apparue assez logiquement et, surtout, rapidement, il est à remarquer que la série fait de plus en plus d’effort pour ne pas rendre trop évident la solution de l’énigme. Dans cet esprit, l’utilisation de la guest star, Yancey Arias, est tout bonnement à contre-emploi et a tendance à distraire – ce qui prouve que c’est efficace. C’est quand même un peu dommage qu’un acteur de cette trempe se retrouve relégué dans un rôle sans consistance.

De toute façon, l’investigation ne va pas lui donner trop de temps d’antenne, car ce sont les femmes du Country Club qui hérite de tout l’intérêt des enquêteurs, tout particulièrement celui de Rigsby. La saison avance et lui, tout comme Cho d’ailleurs, se trouve utilisé à bon escient afin de décharger un peu ce brave Patrick Jane, qui, pour le coup, semble parfois un peu trop en retrait. Enfin, il est quand même important pour l’avenir de la série – qui est bien partie pour durer longtemps – que l’ensemble du casting principal se développe. Dans le même ordre d’idée, il faut noter que Lisbon est un peu plus présente, mais que, malgré sa position au sein de l’équipe, elle est très souvent absente de l’écran.

Question développement, l’enquête ne bénéficie pas de beaucoup de twists, mais le rythme est malgré tout maintenu, tout particulièrement grâce à la légèreté du ton, pour ne pas dire l’humour de la série. Cela s’éparpille donc un peu, mais les choses sérieuses reprennent juste à temps pour conclure une intrigue qui n’était finalement pas très épaisse. Le truc était par conséquent que l’on ne s’en rende pas compte. Et ça a fonctionné.