Un homme qui se prépare à commettre un vol est équipé d’une bombe qui explose quand la police entre en scène. Le CBI ne parvient pas à comprendre ce qui l’a motivé à agir, car l’argent qu’il a dérobé ne semble pas être sa véritable cible.

Fin de saison exceptionnelle pour The Mentalist puisqu’il a été promis que Red John ferait un retour tellement fracassant qu’il serait là en personne. Jusqu’à preuve du contraire, c’est exactement ce que l’on aura au final, mais avant d’en arriver à la conclusion tant attendue, il faut remonter une longue piste.

En fait, la première partie démarre sur une affaire qui tardera à réellement se connecter à la mythologie de la série. On nous propose une investigation qui n’est pas lancée comme à l’accoutumée puisque nous assistons au crime, alors que d’habitude nous prenons l’histoire au moment où Jane entre en scène. Cela dit, la suite va suivre un déroulement plutôt traditionnel et relativement bien ficelé, même si finalement l’ensemble apparait plus simple qu’on aurait pu le croire.

Malgré ça, ce n’est que le début, car une affaire nous emmène à une autre et Hightower fait son retour.

À partir de là, le ton change, tout comme Jane qui quitte son détachement habituel pour laisser place à l’enthousiasme que la chasse fait naitre en lui. Il a alors cette lueur dans les yeux, comme à chaque fois qu’il prépare un gros coup. Ici, il va nous offrir un jeu de pistes qui a pour but de mener à la véritable taupe qui se trouve au sein du CBI – celle-ci se devant de nous entrainer vers Red John.

Le suspense est convenablement entretenu, du moins, aussi longtemps que possible, car le coupable finira par devenir trop évident. Heureusement, Bruno Heller qui signe le scénario de la seconde moitié de l’épisode, en a bien conscience et n’hésitera pas à arrêter sa petite mascarade afin d’assumer pleinement son choix. C’est moins brillant que ça semble vouloir le paraitre, mais à ce stade, il est surtout question de libérer le chemin pour que Patrick Jane obtienne ce qu’il cherche.

Strawberries and Cream nous délivre donc tout ce qu’on pouvait en espérer. Des révélations, du suspense, une légère dose d’action, de nombreux retournements de situations, et la pointe d’humour qui est toujours là pour maintenir l’ambiance de la série. Certes, la gravité s’installera quand cela sera requis de manière à apporter une dimension dramatique suffisante pour accompagner les passages clés.

C’est donc un season finale complet et rondement mené qui tire profit de sa longueur pour mettre en place la conjoncture nécessaire afin d’accueillir la révélation tant attendue. De ce côté-là, le parti pris a le mérite de ne pas décevoir et de ne pas prendre le spectateur en faute. En tout cas, C’est bien amené et les dernières images prennent presque de court, même si elles suivent une logique qui a été clairement établie par le passé dans The Mentalist. Globalement, Strawberries and Cream a délivré tout ce qu’on pouvait en attendre et nous laisse en plus dans une légère confusion au sujet de ce que la série va faire la saison prochaine. Basiquement, c’est un season finale satisfaisant.

N.d.A. : Si vous ne voulez pas trop en savoir sur l’identité de Red John ou de la taupe, merci d’éviter la section commentaire où les spoilers risquent d’être difficile à ignorer.