The Mentalist - Red Badge (2.03)

The Mentalist – The Scarlet Letter (2.02)

Tromperie et politique pour l’équipe de Lisbon, assignée au meurtre d’une interne du cabinet d’un Sénateur. Tout ceci n’est bien évidemment pas suffisamment pour occuper l’esprit de Patrick Jane, curieux de connaître la progression de Bosco dans l’affaire Red John

Une femme a fait le grand saut, ou tout du moins, on l’a aidé. Voilà le cas qui va intéresser Lisbon et son équipe. Il se trouve que ce n’est pas n’importe qui, la morte est connectée à un politicien. On pense tout de suite liaison dans les bureaux et mensonges. Il n’y aura pas que le Sénateur qui aura des motifs de meurtre, de quoi occuper Cho, Rigsby et Van Pelt.

L’affaire possède de petits éléments de surprises, et même s’ils ne sont vraiment pas nombreux, on ne va pas s’en plaindre. Quelques rebondissements prévisibles font progresser l’enquête, qui nous livre plusieurs scènes bien sympathiques pour notre trio Cho, Rigsby et Van Pelt, entre la décontraction du premier, la curiosité du second et les maladresses de la première, autant dire que chacun apporte sa petite touche personnelle. Lisbon fait bande à part, et doit consulter un psy. Un peu de développement en perspective pour la chef de l’équipe, ce ne serait pas du luxe, il faut bien le dire.

Pendant ce temps-là, bien entendu, Jane a tendance à venir gâcher les journées de l’agent Bosco, qui enquête sur Red John. Le hic ici, c’est que la manœuvre finale de Jane est tellement grossière qu’il est difficile de croire que l’enquêteur se soit fait berner.

Au final, The Scarlet Letter est un épisode sympathique de The Mentalist.

The Mentalist – Red Badge (2.03)

L’équipe enquête sur la mort d’un violeur que Lisbon avait par le passé arrêté. Mais, la situation se complique quand la jeune femme est arrêtée pour meurtre. Jane, Cho, Rigsby et Van Pelt mènent alors l’enquête officiellement attribuée à Bosco, qui était lui aussi sur le dossier il y a des années.

Red Badge nous rappelle à sa façon que c’est Bruno Heller derrière la série. Cette dernière, joue avant tout sur la bonne dynamique de groupe et le sourire charmeur de Jane, créant ainsi un fort quota sympathie. C’est quand elle se permet d’offrir un scénario mieux pensé, et montrer que ses personnages sont également psychologiquement travaillés que l’on se rappelle qu’elle mérite réellement tous les bons sentiments que l’on a envers elle. Et tout ceci, cet épisode le possède.

Lisbon doit encore consulter le psy quand un nouveau tourbillon d’angoisse va venir dans sa vie, lié à une enquête passée. Un ancien violeur vient d’être assassiné. La voilà sur l’affaire, mais temporairement. Suffisamment pour que l’on découvre qu’elle fut surnommée Soeur Theresa, de quoi amuser et susciter encore plus le respect de ses hommes. Le tout prend une drôle de tournure quand Rigsby vient annoncer que les empreintes sur l’arme du crime correspondent à celle de son chef. Bosco prend alors les commandes d’un dossier qu’il n’a pas l’air de réellement travailler, même si son inquiétude pour Lisbon, ancienne partenaire (et à l’évidence bien plus), est sans doute possible sincère. Jane, comme à son habitude, parait plus ou moins déambuler, alors que le trio de choc (Cho, Rigsby et Van Pelt) décide d’enquêter de son côté. Une dynamique qui offre ainsi à tout le monde de quoi faire, tout en  se penchant plus particulièrement sur Lisbon. Si j’avais émis, au cours de la saison 1, des plaintes sur la non-exploitation du personnage, je ne dus pas être la seule à émettre un tel avis, car ce début de saison 2 lui a offert plus à faire que quasiment toute la précédente, et ce n’est sûrement pas moi qui m’en plaindrais. Maintenant, un peu plus de Cho, et je serais aux anges !

À ce stade, Red Badge est l’un des meilleurs épisodes de la série.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire