Toujours dans l’optique de maintenir une bonne ambiance ET de ne pas passer pour le monstre qui pourrait les virer, Michael Scott organise un tournoi de basket-ball. Mais attention, les équipes seront les suivantes : commerciaux vs personnel de l’entrepôt…

C »est en passant devant l’entrepôt que Michael découvre qu’ils disposent de paniers de basket. Michael, et on n’en doute pas une seconde…, joue souvent au basket et sans le moindre effort il réussi à « impressionner les Afro-Américains  » (qui constituent une partie du personnel de l’entrepôt, vive l’égalité des chances !) C’est dire s’il est un grand joueur !

Dwight, malgré un accident dans le passé lors d’un match, tente ré-intégrer l’équipe de Michael. Celui-ci, pour s’en débarrasser, le charge de gérer le planning du personnel concernant les vacances. Il va devoir trouver qui affecter au travail le samedi (comment ça, cette intrigue rappelle celle de l’épisode 3 ?) Michael se décharge une fois plus de son job et des contraintes négatives. Plus tard, il sera décidé que l’équipe perdante héritera de cette journée de travail.

On découvre ainsi pour la première fois l’entrepôt (ou « entrepute », jeux de mot foireux de Michael) Il en profite alors pour glisser quelques réflexions racistes. Malgré un emploi du temps chargé (ce qui ne semble pas être son cas), tout le monde se met d’accord pour fixer le match à 13h.

évidemment le match est un désastre. On a l’impression que Michael a une guêpe dans le t-shirt tant ses mouvements sont désordonnés et ridicules. La petite tension aperçue dans l’épisode précédent entre Jim et Roy s’accentue. Évidemment, faites jouer deux personnes qui aiment la même femme, l’une contre l’autre, et vous savez ce que la testostérone provoquera.

Mauvais joueur, Michael arrête le match sur une faute imaginaire (tant que son équipe gagne encore), mais face aux gros bras de l’entrepôt, il renonce à leur imposer de travailler samedi. Chose qu’il fera aussi à son équipe, car après tout « ce n’est pas ça qui va empêcher les licenciements ! »

De quoi remonter le moral !

Ce cinquième épisode est pour l’instant le plus faible de la saison. On ne s’y amuse pas vraiment, sans toutefois trouver le temps long. Un épisode dispensable.

avatarUn article de .
0 commentaire