Jan informe Michael que la compagnie a mis en place un système de prime pour booster les ventes. Le meilleur vendeur du mois obtiendra ainsi la coquette somme de 1000 dollars. Dans la même journée, une vendeuse au porte-à-porte s’incruste dans la filiale de Scranton pour y vendre des sacs à main.

À peine arrivée, la très belle femme se voit draguer de manière peu galante par un Michael Scott déchaîné. Ne la lâchant pas d’une semelle, il décide de présenter Katy, la vendeuse, aux employés du bureau. Toby a la malchance d’avoir un point commun avec la jeune femme (ils ont été au même lycée) ce qui lui vaut une rapide biographie de la part de Michael envers son possible concurrent : marié, divorcé, un enfant.

Pam se retrouve quant à elle comparée à la merveilleuse créature (qui semble avoir charmé tous les mâles du bureau). Ainsi, Michael fait une remarque de bon goût sur Katy, qui serait une version 6.0 de Pam ; quant à Kevin, il lui demande si elle n’est pas jalouse de l’arrivée d’une fille plus belle qu’elle sur son lieu de travail. Mais ce qui blesse réellement notre chère Pam, c’est le rendez-vous galant que Jim et Katy se sont prévu pour le week-end.

Alors que les difficultés du couple Roy/Pam sont présentées dans cet épisode, Pam a développé une double relation amoureuse. Avec Jim, Pam vit. Elle se lâche, est comprise, parle avec quelqu’un qui la comprend. Mais Jim, qui espère un jour pouvoir être avec elle, se rend compte qu’il ne peut pas non plus passer son temps à espérer auprès d’une femme fiancée.

Du côté de Dwight, là aussi c’est le coup de foudre ! Katy la ravissante a tout pour plaire à Dwight et la grande famille des Schrute : elle a le teint pâle, est rousse, et à de magnifiques seins (pour les enfants, précise Dwight) Jim étant mis au courant, celui-ci va jouer de nouveau un tour à Dwight qui se retrouve affublé d’un sac à main (c’est le style du magazine GQ) pendant tout l’épisode.

La série s’achève sur un épisode très sympathique. Ce sixième épisode donne un peu la tendance de ce que la série va être pendant sa seconde saison. Ainsi, elle va s’éloigner du modèle britannique pour créer son propre univers et donner la part belle à ses personnages.

La romance pour l’instant platonique entre Jim et Pam prend quelques formes (même si elle se finit mal pour ce premier essai) et Michael se retrouve une fois de plus tout seul. Difficile cependant de juger des capacités d’une série sur une saison si courte. Est-ce qu’une série sur la vie quotidienne d’un bureau peut tenir la longueur ? Michael deviendra-t-il une caricature de lui-même ? Le triangle amoureux saura-t-il éviter les clichés du genre ?

Réponse dans la seconde saison de la série !

avatarUn article de .
0 commentaire