The Originals : le procès de Rebekah Mikaelson (Farewell to Storyville – 1.16)

The Originals 1x16

Klaus, Elijah et Rebekah sont retenus prisonniers dans le cimetière par un sort de Céleste. L’hybride veut profiter de cette situation pour se venger de Rebekah, mais Elijah est bien décidé à protéger sa sœur. De son côté, Marcel doit trouver un moyen de libérer Bex et se retrouve à passer un accord avec une sorcière.

Cette critique révèle la fin de l’épisode.

Après Sophie, The Originals dit adieu à une autre de ses figures régulières. Si la mort de la sorcière n’a pas eu de gros impact, ce départ en aura un plus important.

Farewell to Storyville reprend là où le précédent épisode s’était arrêté. Dans le cimetière, Klaus veut tuer sa soeur, mais Elijah se met sur sa route. Commence alors la confrontation inévitable entre l’hybride et le reste de sa fratrie. Si la série a pas mal tourné autour de la nature torturée de Niklaus et de son comportement violent et destructeur envers ses proches, ces derniers ont avant tout occupé une position de victimes.

Depuis quelque temps, il est question de mettre un terme à cela, sans pour autant oublier à quel point Klaus peut être borné et incapable de réaliser à quel point, dans sa volonté de protéger, il fait du mal aux autres. Le retour de leur père Michael aura ouvert une brèche intéressante que les scénaristes se sont empressés d’emprunter. Enfin, le comportement de Klaus trouve une nouvelle signification, en accord avec la thématique familiale de la série. Cela n’a rien d’innovant, mais le parallèle entre le fils et le père n’avait pas été mis à ce point-là en avant jusque-là et soulève de multiples interrogations pour Klaus et l’avenir de son enfant. Celles-ci sont légèrement évoquées à la fin, mais devraient trouver leur place plus tard.

En attendant, il est question de revenir sur ce qui lie Klaus à Rebekah. Elijah à son rôle à jouer, avant tout pour révéler à son frère des informations qu’il ne sait pas nous ramenant bien loin dans le passé. Quoi qu’il dise, c’est de Bex dont il est question, cette dernière ayant souffert plus que de mesure pour et de la main de son frère.

Depuis son arrivée à la Nouvelle-Orléans, l’Original aura été dans l’ombre de ses frères, incapables d’obtenir de véritables intrigues pour elles et des développements durables. Plus souvent que souhaité, Rebekah a endossé le rôle de demoiselle en détresse – sauf à quelques exceptions, bien trop rares. À la différence d’Elijah cependant, elle a très vite pointé du doigt les problèmes de Klaus qui, à la moindre trahison, perd l’esprit quand lui-même commet des actes horribles envers ceux qu’ils aiment. Plus que tout, Bex était donc une autre victime de Klaus, prisonnière de ses liens familiaux.

Il en ressort alors à la fin quelque chose de touchant quand ils parviennent finalement à trouver un accord. Klaus n’est pas encore apte à pardonner qui que ce soit, mais il peut offrir à Rebekah ce qui lui a été enlevé : sa liberté. Si elle était venue pour Elijah, c’est Klaus qui la condamnait et, comme tous les Mikaelson, elle était attachée comme jamais.

I want what I’ve always wanted; a home, a family, and someone to love me.

L’épisode ne laisse donc pas de doute : Rebekah quitte la Nouvelle-Orléans. Elle s’en va en ayant enfin trouvé une forme de paix qui lui avait été refusée. Il pourrait y avoir un certain sentiment d’insatisfaction, car la victoire n’est pas totale pour le personnage. Cela est impossible pour que The Originals puisse se poursuivre. Claire Holt parvient cependant à compenser cela à l’aide de scènes d’adieux un peu trop mécaniques, mais qui enlèvent tout doute sur son départ. Surtout, elle laisse voir le soulagement d’un personnage qui a, enfin, la vie devant elle, libéré d’un fardeau. Dans un univers comme celui-ci, c’est chose rare, les personnages ayant plus souvent tendance à trouver la mort. La porte n’est bien entendu pas clause à de possibles apparitions (ici ou dans The Vampire Diaries ?), mais on peut espérer qu’elle trouve enfin le bonheur qu’elle mérite.

D’une certaine façon, Rebekah est une opportunité ratée. Elle aurait pu apporter tant à la série, mais les scénaristes n’ont jamais vraiment su traiter le personnage à sa juste valeur. Lui dire adieu était peut-être la meilleure chose à faire avant qu’il ne soit trop tard et Farewell to Storyville lui offre ainsi une jolie sortie.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link