The Orville Saison 2 : Un voyage plus chaotique

Après une première saison qui a eu besoin de quelques épisodes pour décoller et nous donner une réjouissante série de science-fiction légèrement rétro, The Orville revient avec l’avantage de ne plus avoir à mettre en place son univers.

Cette saison 2 débute pourtant avec des problèmes relativement similaires à la première. Dans ses premiers épisodes, elle manque de direction, ses récits ont des soucis de rythme et parfois de tonalité. Globalement, elle ne propose vraiment rien de plus que le pastiche de Star Trek : The Next Generation qu’elle était au commencement.

Rapidement, il devient néanmoins apparent qu’il existe deux The Orville. Il y a cette version sans trop d’ambition qui propose des histoires dénuées de conséquences et qui ne parait pas capable de développer ses personnages au-delà de l’angle unique qui leur a été attribué au point de départ. Puis, il y a cette série qui surprend en revisitant les classiques de ses ainées pour nous offrir des récits haletants et plein de rebondissements.

Malheureusement, cette seconde version tend à rendre l’autre plus anecdotique encore et, par prolongement, cette saison 2 souffre d’avoir plus d’un tiers de ses épisodes qui sont tellement oubliables que l’on peut en venir à regretter que, malgré la petite taille de la saison (seulement 14 épisodes), elle ne soit pas un poil plus courte.

Nous retrouvons donc The Orville comme nous l’avions laissé. On alterne des histoires relationnelles jusqu’à ce qu’Ed (Seth MacFarlane) se retrouve pris dans le filet des Krills, puis on revient à la routine. Bortus (Peter Macon) est toujours placé au centre d’intrigue parlant d’intolérance, tandis que Kelly (Adrianne Palicki) n’est jamais vraiment définie au-delà de sa relation avec son ex-mari. Dr Finn (Penny Johnson Jerald) et Isaac (Mark Jackson) ont aussi le droit à de la romance qui demande, dans leur cas, un peu de patience.

C’est en quelque sorte le problème, il faut attendre pour que certains éléments paient et fassent oublier la maladresse des scénarios qui ont précédé. Cela n’est pas aidé par le départ du casting d’Halston Sage qui fait donc que l’équipe perd Alara, son personnage le plus développé jusque-là. Cela laisse un vide que Jessica Szohr — qui joue sa remplaçante, Talla Keyali — n’a pas réellement l’opportunité de combler.

Heureusement, une guerre va être déclarée, l’on se met à explorer les possibilités narratives du voyage dans le temps et du budget a été alloué pour quelques batailles spatiales impressionnantes — ce qui renforce néanmoins encore plus le déséquilibre de cette saison.

Il semble que l’équipe créative de The Orville n’a juste pas obtenu les moyens pour aller au bout de ses idées et a choisi de miser sur une poignée d’épisodes solides pour les concrétiser, proposant avec le reste avec des histoires à taille humaine qui sont parfois vraiment trop simplistes et, pire que tout, qui se contentent trop souvent d’appuyer un seul trait de caractère du personnage développé à l’occasion.

Pour ne rien arranger, cette saison 2 continue de jouer avec certains gimmicks de l’univers Star Trek, et ce, sans trop d’imagination ou d’humour. En effet, la série souffrait au départ d’un mauvais dosage de sa partie comédie et, après avoir trouvé son équilibre en cours de saison 1, elle est réduite à quelques vannes ici ou là dans la seconde.

Quand The Orville livre un bon épisode, il est en général très bon. Il est donc regrettable que cette saison 2 en possède juste assez pour sauver l’ensemble. L’écriture est trop faible dès qu’il n’y a pas d’enjeux importants et c’est bien dommage, car la série a su montrer son potentiel au point de départ, non pas avec des explosions, mais avec des récits personnels dont la formule parait avoir été égarée. Heureusement donc que les scénaristes ont gardé leurs grosses idées pour la seconde partie de la saison, car cela donne espoir pour la suite.


Publié au début du mois de mai 2019, cet article est aujourd’hui remis en avant à l’occasion du début de la diffusion de cette saison 2 de The Orville en France ce lundi 2 septembre à partir de 20h55 sur Warner TV.

The World of The Orville
Price: EUR 27,24
Price Disclaimer
Tags : The Orville moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link