Après la capitulation du Japon, Leckie – guéri de ses blessures – retourne chez lui. Slegde rentre en Alabama pour être réuni avec sa famille et Sid Phillips. Lena rend visite à la famille de Basilone.

La guerre est terminée, et les Marines rentrent chez eux. Un retour à la vie normale que certains ont déjà effectué, que d’autres doivent gérer, et que quelques-uns ont de fortes difficultés à accepter.

La série ayant été axée autour de trois personnages majeurs – Basilone, Leckie et Sledge -, ce final va leur être quelque peu consacré, mettant avant tout à l’honneur Eugene. Si ce dernier n’a pas connu Guadalcanal, la suite de la guerre ne l’a clairement pas épargné et son jeune âge intensifie ce fait.

Enfin, Lena va rendre visite à la famille Basilone, pour leur remettre la médaille de leur fils et offrir un petit moment émotionnel. L’après-guerre se résumera donc à cela et illustrera alors une volonté scénaristique d’honorer une dernière fois John Basilone.

Plus de temps sera consacré à Robert Leckie qui a l’avantage – à la différence de Sledge – d’avoir quelque chose à quoi se raccrocher : son écriture et par extension le retour à son travail au sein d’un journal, et Vera. Nous apprenons alors qu’il n’a jamais envoyé une seule lettre à la jeune femme, contrairement à ce qu’on pouvait croire et, qu’en fait, les deux ne se connaissaient pas particulièrement avant. Leckie s’accroche en tout cas à cela, ayant eu le temps de laisser d’une certaine façon la guerre derrière lui pendant sa guérison à l’hôpital. Au passage, l’épisode nous apprend que Hoosier a survécu à la guerre.

Dans tout cela, c’est surtout Eugene Sledge qui s’imposera, occupant le plus de temps dans ce dernier épisode. Il faut dire que si ces trois personnages permettent d’exposer un « retour » différent, Sledge est celui qui revient sans avoir eu le temps de se réadapter. Cela donne une forte dimension émotionnelle, surtout que beaucoup trop de personnes autour de lui ne comprennent pas ce qu’il traverse, à commencer par sa mère. Son père permet de réellement contrebalancer cela, se révélant être un soutien important. Aussi, bien qu’il retrouve son meilleur ami Sid Phillips, celui-ci a quitté le champ de bataille depuis longtemps et a même eu le temps de demander la main d’une femme ! Autant dire que tout ceci illustre plutôt bien le fait que Sid a eu le temps de se ré-acclimater, ce qui n’est pas le cas d’Eugene. L’épisode nous montre donc ses premiers pas vers un retour à une vie normale – qui ne le sera jamais totalement.

De la séparation des hommes ayant combattu ensemble aux retrouvailles familiales, cette dixième et dernière partie offre une conclusion assez poignante à The Pacific, en portant un dernier regard sur les hommes envoyés au front qui ramènent inévitablement la guerre avec eux.

L’épisode se termine par un retour sur les hommes – et Lena – qui ont eu un rôle majeur au sein de l’histoire que la mini-série a tenté de recréer le plus fidèlement et honnêtement possible.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire