La popularité de Basilone grandit à mesure qu’il parcourt le pays. À Pavuvu, Sledge est assigné aux 5e Marines, 1re Division, et retrouve brièvement Pillips, alors que Leckie retrouve ses compagnons d’infortune.

Cette cinquième partie de The Pacific s’ouvre sur Basilone, en pleine tournée sur le territoire américain, en compagnie de l’actrice Virginia Grey, à qui Anna Torv prête ses traits durant ses quelques minutes à l’écran. Basilone ne fait pas grand-chose, et nous voilà encore avec une scène qui ne trouve pas de continuité dans le récit à venir. Juste un clin d’œil à la relation entre les deux figures historiques.

Le reste de l’épisode va principalement s’orienter sur Eugene, ce qui n’est pas du luxe, vu qu’il aura fallu attendre la moitié de la mini-série pour qu’il prenne une place plus importante et/ou qu’il rejoigne la guerre, tout simplement.

Sledge est un personnage auquel il est aisé de s’attacher avant tout, car s’il n’a jamais été extrêmement présent jusqu’à présent, nous avons suivi tous ses pas; de son envie d’aller à la guerre à sa première bataille, tout y sera passé, ce qui fait qu’avant même que cela arrive, le spectateur est déjà lié à Eugene d’une façon dont il ne l’était pas avec Leckie ou Basilone.

Ainsi, nous avons le droit aux retrouvailles temporaires avec Phillips, illustration d’une amitié qui réussit à survivre à la guerre, mais aussi des changements psychologiques que cette dernière entraine. Les deux hommes sont amis et conservent cette rare connexion qui les unit, mais Eugene n’ayant pas encore eu son premier combat, un fossé existe pour le moment entre eux. Comme une incompréhension, qui va vite disparaître.

Sledge et Leckie vont donc être envoyés à Peleliu, l’un connaissant sa première bataille (extrêmement violente), l’autre retournant au cœur de la guerre. Cela va être sanglant. Les Japonais mitraillent et bombardent à tout va, et les morts s’empilent à peine arriver. Cela apparaît presque comme de la chance de réussir à survivre.

C’est un véritable retour sur le champ de bataille que The Pacific nous fait. Pourtant, l’épisode réussit, au milieu des tirs et des morts, à favoriser les émotions de ses protagonistes. Celles d’Eugene devant prendre sur lui, trouver du courage pour avancer, affronter ses peurs et faire la guerre. Celles de Leckie, qui a appris à survivre, mais qui reste touché par la perte d’un ami.

Cette arrivée à Peleliu est donc une petite réussite, réussissant à jongler entre un combat d’une intensité rare sans mettre de côté les sentiments des soldats qui la vivent.

Nos Marines n’en ont pas fini avec Peleliu, et la suite du programme risque de se révéler tout aussi pénible et violente pour eux.