Derek est envoyé par Sarah pour aider ce qui reste d’une famille qu’elle a sauvé six mois plus tôt. Sur Place, il va reconnaître Lauren, la fille ainée, qu’il rencontrera dans le futur.

The Sarah Connor Chronicles nous délivre une fois de plus une histoire à plusieurs facettes, suivant en même temps le passé, le présent et le futur. On peut certes commencer par argumenter sur le côté un peu simplet de la mise en route de l’intrigue, mais ce qui compte finalement, c’est que l’ensemble se révèle dense et cohérent.

On commence avec le passé. Il y a 6 mois, Sarah et Cameron débarquent dans une maison, en pleine nature, pour sauver une famille dans le nom apparaît sur « le mur ». Elles ont une longueur d’avance sur le Terminator envoyé pour les supprimer, mais cela ne sera pas assez. Attendant l’arrivée du tueur, la famille, en apparence soudée va se révéler pleine de secrets et de conflits. Vu la construction narrative de cette histoire, et le fait que le Terminator est quasiment absent d’un bout à l’autre, il ne fait aucun doute sur ce que les scénaristes voulaient raconter. À savoir, comment confronter une famille normale à un destin qui a fait de Sarah ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Lauren, l’enfant de la famille, va rapidement saisir les enjeux et semble rapidement trouver en sa sauveteuse, un modèle pour son avenir qu’elle sait maintenant plus qu’incertain.

Dans le futur, Derek est envoyé en mission pour sauver une inconnue qui possède une immunité qui permettra de contrer les effets des poisons utilisés par les machines. On nous fait bien sûr douter un peu de l’identité de cette personne, pouvant très bien être Lauren, même si on apprend finalement qu’il s’agit de sa sœur. L’occasion est prise pour nous raconter la première rencontre entre Derek et Jesse. Réunis par hasard, ils commencent par risquer leur vie ensemble. L’expérience les a clairement lié, mais il est un peu frustrant de ne pas voir cela un peu plus exploité, peut-être pour plus tard.

On finit dans le présent, Derek devant aider la mère de Lauren à accoucher. Là, l’adolescente va finir par comprendre qu’elle doit protéger sa sœur et que peut-être rien ne pourra empêcher le futur d’arriver. Elles n’ont plus que l’une pour l’autre. Cette partie sert avant tout à faire les transitions, mais n’est pas pour autant dénuée d’intérêt, les réactions de Derek dans la situation en révèlent beaucoup sur lui.

La série parvient une fois de plus à transformer un loner en une pièce indissociable du reste de la série, de par son histoire, mais surtout, grâce à ce qu’elle nous montre de Derek. Un savant mélange entre mythologie et développement de personnages dans une histoire prenante qui offre une vision toujours aussi pessimiste de l’avenir.