Obsédée par les 3 points de ses rêves, Sarah finit par découvrir une entreprise qui développe une IA. Elle va donc l’infiltrer, espérant mettre la main sur le Turk. Le Dr. Sherman est retrouvé mort alors qu’il travaillait sur l’AI que développe l’entreprise de Weaver. Ellison s’intéresse à ce décès qu’il trouve suspect. Les plans de Jesse se compliquent avec une découverte de Derek.

La série semble toujours prête à employer la route que l’on n’avait pas prévue. Ainsi, Riley va se révéler être bien plus qu’une adolescente un peu perdue, tombée sous le charme du futur leader de la résistance. Jesse a un plan et il ne parait pas pouvoir suivre ceux de Derek, mais ce dernier n’a pas toutes les cartes en main et se laisse inconsciemment manipuler.

Les ajouts de casting de la saison n’ont pas toujours paru très clairs. Pourquoi Riley prenait-elle autant d’importance ? Certes, elle s’est présentée au moment où John avait besoin d’une porte de sortie afin de se dégager de l’emprise étouffante de sa mère, mais le fait qu’elle tardait tant à découvrir la vérité commençait à devenir suspicieux. Nous savons donc, en partie, pourquoi les choses se sont déroulées ainsi. En partie seulement, car il est évident que la jeune femme a maintenant une histoire à raconter et que cette dernière pourrait bien donner ce qui manquait jusque-là au personnage.

Jesse est une manipulatrice. Ce n’est pas une surprise, son comportement plus que douteux avec le trafiquant de diamants avait ouvert la voie à de nombreuses questions. Croire qu’elle était revenue dans le temps pour parfaire son bronzage ne pouvait convaincre que Derek, aveuglé par ses sentiments. Certes, il se doutait bien que quelque chose clochait, mais il lui a fallu du temps pour ouvrir les yeux.

En attendant, Sarah se trouve seule, avec Cameron, ce qui revient presque à être seule de toute façon. Son fils et son beau-frère ne croient pas en elle et elle-même va finir par avoir des doutes. Son obsession pour les trois points va la conduire à faire des erreurs, même si Cameron n’a pas arrêté de lui dire que tout ceci n’était pas ce qu’elle croyait. Peu importe, car elle ne voyait que les trois points.

Au final, c’est sa santé mentale qui prend un choc, ou, tout du moins, elle réalise ce qu’elle faisait. L’allusion à l’hôpital psy n’est pas anodine et il est clair que Sarah a besoin de se remettre en question, car son monde se disloque sous ses yeux et elle va devoir faire quelque chose. Elle suit sa route, elle veut détruire Skynet, mais sans prendre le recul nécessaire, elle va passer à côté sans s’en rendre compte.

Ellison, lui, va y être au plus près, faisant connaissance avec John Henry, le futur Skynet. L’agent du FBI semble toujours trouver sa place dans l’histoire, même s’il reste l’outsider. Après la mort des plus inattendues du Dr. Sherman, c’est lui qui est en lice pour devenir le nouvel éducateur du futur tueur de l’humanité. Le psy a joué son rôle et on sait maintenant que si son nom était sur le mur c’était pour qu’il soit tué. Il a fait avancer l’AI, pire, il a donné à Weaver les clés pour le comprendre. Sans lui, le projet Babylon n’aurait surement pas avancé. Il a joué son rôle, c’est donc à l’ex-agent du FBI de prendre la place. Pour faciliter son travail, Weaver lui a préparé une petite surprise qui illustre l’idée même de ce qui se passe, pour ceux qui n’avaient pas encore tout saisi.

La série ne cesse donc d’avancer vers des directions qui paraissent logiques une fois qu’elles nous sont révélées, mais qui n’en sont pas pour autant moins surprenantes. Les personnages ne sont pas statiques, et c’est là que se trouve la force de cet épisode. Je regrette juste que Cameron soit un peu mise en retrait, j’aurais bien aimé la voir se rapprocher de Sarah. Cela aurait certes paru un peu tordu, mais la Terminator étant définissable par ce mot…