Vic et Ronnie se rendent chez Shane croyant que celui-ci a poussé ses menaces à un autre niveau. Un agent fédéral arrive à Farmington pour enquêter sur les récentes vagues de violences. Dutch se retrouve avec une vieille affaire de Billings entre les mains, mais ce dernier n’est pas très motivé pour aider.

Cela fait bien longtemps que l’on a pu voir The Shield sur nos écrans. Nous revoilà repartis pour une ultime saison à la conclusion incertaine, mais extrêmement attendue, c’est peu dire.

On reprend donc là où l’on s’est arrêté, après que Shane ait plus ou moins kidnappé Corinne et sa fille, après que Vic et Aceveda aient conclu un pacte, après que Vic ait foiré son examen devant la commission, et après que Billings ait été « incapacité ».

Les choses reprennent rapidement leur cours, comme si rien ne s’était passé, car, oui, rien ne s’est passé. Pas besoin de se poser de question sur la tournure des évènements, l’action battant son plein d’un bout à l’autre de l’épisode. En fait, il y a quand même quelques moments de pause, histoire de dialoguer, mais tout va très vite. Il faut dire qu’il y a beaucoup d’histoires à relancer, ou plutôt, à arrêter, pour mieux les réorienter.  Le souci du season finale dernier, c’est qu’il nous laissait sans conclusion, sans cliff, sans direction, juste une vague notion de ce qui pourrait devenir un enjeu par la suite. Vraiment trop peu pour bâtir les fondations d’une nouvelle série de 13 épisodes. Ce season premiere se charge donc de cela avec plus ou moins de brio.

Nous avons tous les ingrédients qui font un bon The Shield : Vic sur la brèche, Claudette et Dutch faisant équipe (pour remettre Billings en place), des Arméniens, des Mexicains, et même des Salvadoriens, de la violence réaliste, et enfin, un petit jeu de manipulation entre toutes les parties en place. Bref, de ce côté-là, on n’est pas dépaysé, mais on est un peu trop comme chez soi. Tout est presque trop prévisible, on suit la recette au mot près et le manque de surprises va venir un peu ternir le visionnage.

Après six années à Farmington, et malgré le style de la série, ce season premiere manque donc un peu d’audace, ce qui n’est pas forcément enthousiasmant pour la suite des évènements, mais on peut se rassurer en se disant qu’il ne sert qu’à remettre la série en route. Cela ne gâchera quand même pas le plaisir de retrouver la série, peut être pas au top, mais quand même en forme.