Pezuela demande à Vic d’arrêter un prêtre qui aide à la vente de drogue, mais le flic ne veut pas se fâcher avec Dieu pour rien. Ronnie se fait attaquer, et échappe de peu. Toute la police est après le suspect et Shane essaie de prendre de l’avance pour éviter que tout lui retombe dessus.

L’avantage quand une série touche à sa fin et que les auteurs le savent à l’avance, c’est qu’ils se lâchent complètement. Plus de retenue dans les intrigues, ils savent clairement où ils vont et ne lésinent pas quand il s’agit de prendre des risques. Résultat, de la grande télévision, décomplexée, prenante, et enthousiasmante. Avec le niveau qualitatif d’une série comme The Shield, on peut dire que le résultat est on ne peut plus efficace.

La saison dernière avait tendance à légèrement tourner en rond, histoire d’éviter d’arriver à ce qui, finalement, était inévitable : l’escalade de la violence entre Shane et les rescapés de la Strike Team. Après avoir tué Lem, Ronnie et Vic sont donc les prochaines cibles et on commence l’épisode directement là-dessus. Les flics en réchappent de peu, mais il est maintenant trop tard pour faire demi-tour, car une chasse à l’homme est lancée afin de mettre la main sur le tueur.

En d’autres circonstances, cela aurait tourné surement autrement, mais cette fois, Shane est pointé du doigt, en public. Plus moyen de faire demi-tour et à ce niveau là de la saison, on peut dire que le coup d’envoi de la dernière course vient d’être lancée.

En parallèle, Vic et Aceveda se retrouvent plongés la tête la première dans les affaires de Pezuela. L’ex-capitaine du Barn est réticent, alors que Vic voit là une solution pour s’offrir une nouvelle carrière. Forcément, même si cette enquête appuyée par Olivia s’annonce à risques, mais prometteuse, le dernier coup de Shane risque de changer la donne pour Vic, avec une scène finale inattendue qui nous laisse dans l’expectative.

Plus que quelques épisodes, la série est à son top, tout est possible, l’attente se fait déjà longue.