Vic travaille sa réintroduction au sein du cartel afin d’assurer une porte de sortie pour lui et Ronnie. Corrine contacte Dutch et Claudette afin de mettre un terme à toute l’affaire. Shane et Mara sont toujours cachés.

Arrivé à ce niveau là de la série, chaque évènement se transforme en source de présomption sur le futur de chaque personnage. Une chose est sûre, même si maintenant il ne reste que 3 épisodes, tout est encore possible. Vic a montré plus d’une fois qu’il pouvait se sortir de situations impossibles. Le truc, c’est qu’ici, il n’a pas tous les indices pour savoir quoi faire. En fait, que ce soit du côté du Cartel, du côté de Claudette et Dutch, ou du côté de Shane et Mara, aucun n’a réellement une image complète de ce qui se passe. Tous pensent avoir le contrôle, du flic au criminel, mais c’est loin d’être le cas. On peut donc supposer que celui qui sortira vainqueur est celui qui réussira à deviner ce qui lui manque.

Dans tout ça, Corinne a pris une avance en s’assurant une immunité. Une option que Mara a maintenant en main, mais au prix de la liberté de son mari. Au pied du mur, elle n’a pas beaucoup de choix, car le monde extérieur lui devient de plus en plus hostile. En fait, il est difficile de comprendre ce que les Vendrell font encore en Californie, car aucune excuse n’aurait pu justifier cette prise de risque, surtout maintenant que Jackson n’est plus malade. Au moins, la famille aura eu le droit à quelques moments de bonheur, ensemble, durant le calme qui précéda l’inévitable.

De son côté, Vic fait comme toujours, il joue sur tous les tableaux, intimidant certain, soudoyant d’autres et en endossant son armure de justicier pour le reste. Il faut dire que la différence qu’il y a entre Shane et lui, c’est qu’il n’a jamais perdu de vue de quel côté il combattait, ce qui lui ouvre des opportunités toujours inédites.

Pour Ronnie, qui est toujours resté en retrait, c’est plus obscur. Il doit compter sur Vic, mais il pense sérieusement prendre la tangente. C’est peut-être ce qui pourrait lui arriver de mieux.

Pour finir, Aceveda est toujours là, prêt à empêcher Vic d’accomplir son but, tout en s’assurant pour lui, une meilleure position. Le politicien n’est pas toujours guidé par la raison, voulant prouver qu’il n’est pas qu’un bureaucrate, mais surtout, il veut garder le pouvoir, car c’est ça qui l’a toujours mené.

Trois épisodes donc. Tout le monde semble prêt pour la dernière danse, mais l’avenir de chacun est flou, plus qu’il ne l’a jamais été. Nous, et bien, on profite du spectacle en essayant de ne pas trop tomber dans la frustration, car l’échéance est proche et il semble assez clair qu’il faut contenir nos attentes, rien n’est encore fait.