Lisa réalise un documentaire sur sa famille. Poussée par le Principal Skinner et le Superintendent Chalmers, elle va présenter son film au festival de Sundance. Le succès va se retourner contre elle, car sa famille se fait humilier par son travail.

Nous voilà avec un épisode centré sur Lisa, avec comme toile de fond, Sundance et son festival. Alors que le dernier épisode centré sur l’intellectuelle de la famille s’est révélé être une bonne surprise au niveau comique, nous replongeons dans la morosité qu’accompagne un peu trop souvent le côté réfléchi du personnage. Le propos n’est pas mauvais, mais l’épisode va se révéler quasiment dénué d’élément comique.

Le côté dépressif va s’amplifier avec le film de Nelson. Rien de très joyeux, mais les propos tenus par Jim Jarmush tempère le tout. Le réalisateur, guest star de l’épisode, va alléger quelque peu la fin de l’épisode, mais c’est surtout du côté du duo formé par Skinner et Chalmers qu’il faut se tourner pour avoir de quoi sourire. Les deux hommes deviennent producteurs, mais restent toujours les mêmes losers. Pas de quoi faire rire aux larmes, mais ils détendent l’atmosphère.

Côté invité, il est regrettable de John C. Reilly n’ait qu’une seule scène. L’acteur habitué aux comédies aurait pu apporter un plus non négligeable à l’épisode.

Bref, cet épisode des Simpson n’est pas le plus mémorable qui soit. À trop vouloir jouer du côté « réflexion » de Lisa, l’épisode en est ennuyeux et pire, il en devient triste.