Moe se retrouve en plein milieu d’une histoire spéciale pour la fête des mères. Le père de Quagmire change de sexe. La famille Brown célèbre le Black History Month avec quelques mois de retard.

The Simpsons – Moe Letter Blues (21.21)

Homer, le révérend Lovejoy et Apu accompagnent leurs enfants sur l’île aux écureuils tandis que leurs femmes restent à la maison. Sur le ferry, ils lisent une lettre de Moe qui leur annonce qu’il part avec l’une de leurs femmes, mais ne dit pas laquelle.

Pour fêter la fête des Mères, Moe prend les rennes d’une histoire qui a pour but de montrer à Homer, le révérend Lovejoy et Apu à quel point ils négligent leurs femmes. Mais tout commence par une lettre qui va pousser les trois hommes à se rappeler à quel moment les choses se sont mises à aller de travers dans leur couple.

On ne va pas remonter loin et les trois flashbacks vont se croiser les uns les autres afin d’amplifier le mystère et la présence de Moe.

Quand le twist final est révélé, il n’a rien de surprenant, mais l’épisode est tout de même assez bien construit et possède ses bons moments, ce qui permet de compenser. Il est par contre dommage que l’aspect humoristique soit complètement noyé dans ces gentilles histoires de couple en souffrance.

Family  Guy – Quagmire’s Dad (8.18)

Le père de Quagmire est en visite et rencontre Pete et Joe qui se rendent compte qu’il est gay. Quand Quagmire tente de savoir si c’est vrai, son père lui annonce qu’il est en ville pour changer de sexe.

Family Guy a sa façon bien à elle de célébrer la fête des mères, si je puis dire. Nous avons donc une histoire de famille qui implique les Quagmire, ce qui n’est pas très commun, il faut le reconnaitre, surtout que cela tourne autour d’un changement de sexe. L’impact aurait certainement été moindre avec un autre protagoniste.

Quoi qu’il en soit, l’épisode va continuer à surprendre en montrant plus de finesse qu’on aurait pu espérer. Les scènes entre Glen et son père montrent une sensibilité surprenante, surtout avec un personnage qui se résume souvent à ses aventures sexuelles douteuses. Le sujet est donc traité avec intelligence, mais la touche Family Guy n’est pas totalement absente, entre les moqueries des Griffins et le vomi interminable de Brian.

Donc, moins provocante qu’à son habitude, la série nous livre une histoire qui possède un équilibre assez bon et une intrigue plutôt bien construite et équilibrée. Une bonne surprise, en soi.

The Cleveland Show – Brown History Month (1.19)

Cleveland et Cleveland Jr. célèbrent le Black History Month, ce qui agace Rallo jusqu’à ce qu’il découvre la vérité sur l’esclavage. Il pousse alors son beau-père à se battre contre Lester qu’il considère comme le pire des racistes.

Il y a eu un petit mélange dans la programmation, probablement volontaire, mais le Black History Month étant en janvier, on ne peut qu’être surpris de voir l’épisode qui lui est consacré diffusé en mai.

Mais peu importe, car ça ne change pas grand-chose à l’histoire de toute façon.

Donc, Rallo devient un peu excessif quand il découvre la partie la moins glorieuse de l’histoire de son pays. Vu son âge, il a des difficultés à relativiser et encouragera Cleveland, toujours aussi influençable, à se retourner contre Lester, son voisin et ami Red Neck.

Comme souvent, Rallo tire profit d’une mise en avant jouant sur son ignorance – due à son jeune âge – et sur son caractère un peu explosif. Dans le même ordre d’idée, Cleveland qui réalise que son ami est raciste illustre assez bien la candeur habituelle du personnage.

Le tout possède de bonnes blagues, même si certaines tombent un peu trop à plat. La fin est par contre peu inspirée et aurait gagné à être plus extravagante pour rester dans l’esprit de ce qui est fait avant.

En tout cas, l’épisode est de bonne facture et ne manque pas de pertinence.