Family Guy - Extra-Large Medium (8.12)

The Simpsons – Boy Meets Curl (21.12)

Cherchant à passer une soirée romantique, Homer et Marge finissent par atterrir au milieu d’une partie de Curling. Ils se joignent à l’équipe et partent représenter les USA aux Jeux Olympiques.

C’est peut-être NBC qui diffuse les Jeux Olympiques, mais cela n’a pas empêché Les Simpson de nous faire un épisode sur le sujet.

Voilà donc Marge et Homer qui, après une suite d’évènements perturbant leur soirée romantique (St. Valentin oblige), s’engagent dans une grande aventure dans le… curling. Le sport qui est toujours victime de moqueries, mais qui s’en sort pas trop mal ici.

Donc, entre amour et sport, le couple Simpson va rester lié pour faire gagner leur pays. Le résultat se montre assez réussit, l’épisode possédant plusieurs véritables bons moments de comédie qui ne sont pas diminués par l’ambiance un peu guimauve que répand Marge par moment.

Homer est donc en forme et fournit le spectacle, mais ça ne sera pas forcément la même chose pour Bart et Lisa qui auront une petite storyline peu encombrante et légèrement creuse, bien que possédant quelques lignes de dialogues sympathiques en conclusion.

Bref, avec la moyenne qualitative de cette saison, on peut dire que ce mix St. Valentin/J.O. est assez réussi.

Family Guy – Extra-Large Medium (8.12)

Après que Stewie et Chris soient portés disparus en forêt, Lois commence à fréquenter une médium qui lui dit tout ce qu’elle veut entendre. De retour à la civilisation, Chris décide de ne plus reculer et de demander à une fille de l’école de sortir avec lui.

Toujours dans l’esprit St. Valentin, Family Guy a réservé à Chris sa storyline romantique, mais vu que c’est un peu sur commande, cela ne va pas être la seule histoire de cet épisode.

Tout commence par la disparition en forêt de Stewie et de son grand-frère. Lois consulte une médium qui n’aide pas vraiment. De là, on va enchainer sur Peter qui se croit lui aussi capable de prédire l’avenir, tandis que Brian lutte pour faire rétablir la vérité. Tout ceci est assez peu original, laissant un gout de déjà vu assez ennuyeux, mais livrant aussi quelques brefs instants comiques.

Question humour, Stewie sera là pour entretenir celui de l’épisode, mais aussi pour nous délivrer un moment comédie musicale dans la tradition de la série. Le bébé s’associe à Chris, ce qui n’est pas commun, et l’encourage à dépasser ses peurs. L’ensemble est prétexte à quelques blagues convenables.

Bref, globalement, l’épisode va nous fournir du bon et du moins bon côté humour. Il est dommage qu’il n’y ait pas plus d’originalité dans les histoires, mais au moins, il y a toujours ce sens du n’importe quoi qui suit Peter jusqu’au bout.

The Cleveland Show – Buried Pleasure (1.13)

Après quelques déconvenues, Cleveland décide d’aider Holt à trouver une femme pour lui. Malheureusement, l’heureuse élue est violente et Cleveland va devoir aider son ami à sortir de cette relation.

Toujours St. Valentin, donc, et c’est l’occasion de s’intéresser à Holt, l’un des amis de Cleveland qui était resté dans l’ombre jusqu’à maintenant. Certes, il a eu le droit à ses lignes de dialogues et à boire de la bière avec les autres, mais on ne peut pas dire qu’il ait réellement trouvé sa place dans l’univers de la série jusque-là. C’est d’ailleurs un peu le problème de The Cleveland Show qui a tendance à tenir pour acquis des éléments narratifs qui n’ont pas été réellement instaurés.

Bref, tout ceci se terminera en baston sanguinaire dans la tradition Family Guy. C’est à peu près ce qu’il y aura à retenir de l’histoire, car le coup de la poupée gonflable n’aura apporté au niveau comique que quelques blagues avec les forces de l’ordre.

À côté de ça, Rallo et Cleveland Jr. se retrouvent dans une histoire un peu pitoyable sur laquelle il ne sert à rien de s’étendre. Vraiment à rien.

Je suis plutôt indulgent avec The Cleveland Show étant donné que ce n’est que le début et que les saisons de Family Guy et The Simpsons sont loin d’être les meilleures, mais il faut reconnaitre que l’épisode du jour est assez pauvre et que les autres ont fait mieux, sans trop se forcer.