The Simpsons – Homer the Whopper (21.01)

Comic Book Guy publie son propre comic book, Everyman, qui devient rapidement un succès. Hollywood achète alors les droits pour en faire un film et par un concours de circonstances, Homer décroche le premier rôle. Le voilà obligé de suivre un entrainement pour entrer dans les standards hollywoodiens.

Pour lancer la 21ème saison, The Simpsons nous offre un épisode de et avec Seth Rogen – premier guest à faire le comédien et le scénariste depuis Ricky Gervais en 2006.

Rogen a profité de l’occasion pour s’attaquer à l’industrie qui le nourrit, mais tout particulièrement sur le traitement réservé aux films de super-héros. Il faut donc un point de départ pour réussir à justifier la présence d’Homer au milieu de tout ça, et contrairement à d’habitude, on y va franco, tête baissée.

Dans le manque de subtilité, ce n’était que le début, et c’est bien dommage. Certes, il ne faut pas oublier que The Simpsons n’en est pas à sa première attaque contre l’industrie hollywoodienne, loin de là et, donc, il est un peu normal qu’il y ait une petite impression de redondance, mais le propos de l’histoire est peu développé, laissant Homer dans les mains d’un Seth Rogen entraineur des stars et laissant les personnages secondaires avoir les répliques qui comptent.

Dans l’ensemble, on ne peut pas vraiment reprocher le point de vue exprimé, car il est totalement justifié, mais il manque de pas mal de choses pour faire un bon épisode des Simpson, notamment l’implication de Marge ou des autres membres de la famille qui s’éclipsent très rapidement. Une seconde storyline, même anecdotique, aurait pu donner le change.

À cela, ajoutons que les gags sont trop téléphonés et l’on obtient un début de saison entre deux eaux. On ne peut être qu’indulgent, vu que Seth Rogen n’est pas scénariste sur la série, il serait stupide de dire que ça commence mal. Attendons la semaine prochaine.