Family Guy - Business Guy (8.09)

The Simpsons – O Brother, Where Bart Thou? (21.08)

Bart est jaloux de la relation privilégiée qu’entretiennent Lisa et Maggie. Il décide alors d’avoir un frère, mais n’arrivant pas à convaincre ses parents, il se rend à l’orphelinat.

Le pauvre Bart se sent seul dans son coin et veut donc se trouver un frère. C’est la mission du jour. Pour y arriver, on va diviser en deux l’épisode. D’abord, le sal garnement va tenter de pousser ses parents à avoir un autre enfant. En vain, mais cela va offrir une petite série de saynètes sympathiques, la meilleure étant probablement la moins prévisible, à savoir, une parodie plutôt bien pensée de South Park.

Après ça, on arrive au point où Bart trouve son frère. Il va donc faire tout ce qu’il voulait, mais cela ne va pas durer. D’ailleurs, la chute est plutôt sans intérêt et dès que le jeune Charlie arrive il est difficile de rester vraiment captivé par ce qui se passe.

Bref, l’épisode offre quelques bons moments, mais toute l’histoire est trop faible pour captiver et amuser de bout en bout.

Family Guy – Business Guy (8.09)

Après que le père de Lois ait été victime d’une attaque cardiaque, Peter prend la tête de Pewterschmidt Industries et commence à faire n’importe quoi. Une fois sorties du coma, Carter et sa fille vont tenter de reprendre les choses en main.

Comme souvent, Peter se retrouver à faire des choses stupides dans un environnement qui n’était pas préparé à sa venue. Ici, c’est Pewterschmidt Industries, l’entreprise de son beau-père. De ce passage corporate, il n’y aura pas grand-chose à retenir pour Peter, mais les personnages secondaires vont profiter de la situation pour obtenir quelques gags assez inventifs.

Bien entendu, ce n’est pas le passage The Big Bang Theory ou même la parodie de Scooby doo qui resteront dans les mémoires, mais plutôt la guest star de l’épisode : Hugh Laurie qui prête sa voix à la version animée du Dr. House. Un passage plutôt réussi et totalement aléatoire, comme la majorité de ce qu’il y a dans cet épisode.

En gros, une fois plus, il s’agit juste d’un fourretout comique. Il y en a eu des meilleurs, mais à défaut d’avoir une intrigue consistante, il y a quand même quelques bons moments.

The Cleveland Show – A Cleveland Brown Christmas (1.09)

À la soirée organisée par son patron, Cleveland se fait passer pour le Père Noël et révèle à Rallo que son père n’est pas réellement un agent du FBI. Dévasté, le jeune garçon ne veut plus célébrer Noël. Cleveland doit résoudre le problème.

Il fallait bien qu’il y en ait un qui fête Noël et on peut compter sur Cleveland qui semble ne pas pouvoir rater une fête pour sa première saison. C’est plutôt une bonne chose, car la propagation de l’esprit de Noël chez les Brown est plutôt réussie au niveau comédie.

Il faut dire que les oppositions entre Rallo et son beau-père se révèlent être une des forces du show et que cela n’a, pour le moment, pas déçu. Pour Noël, Cleveland a donc le mauvais rôle et doit une nouvelle fois avaler sa rancœur pour satisfaire le sale garnement, sans parler de la déception qu’est Cleveland Jr. qui croit toujours au Père Noël à 14 ans.

Bref, ce n’est pas parfait, car il y a quelques longueurs et que les dialogues auraient pu être un peu plus affuté à l’occasion, mais l’épisode se montre quand même plutôt bien emballé et s’amuse comme il faut avec l’ambiance de Noël.