The Simpsons – The Good The Sad and The Drugly (20.17)

Bart essaie d’impressionner une fille ce qui le poussera à négliger son amitié avec Milhouse. Lisa tombe très bas après avoir fait un dossier sur l’avenir de Springfield. Pour lui redonner le moral, une psychiatre lui prescrit des pilules.

L’épisode s’ouvre sur Bart et Milhouse jouant un de leur sale tour à l’école. Mais, alors que son ami se retrouve à payer pour eux deux, Bart va rencontrer Jenny, une jeune fille qui consacre tout son temps à faire le bien. Une antiBart en quelque sorte.

Là où traditionnellement l’intrigue aurait dérivé sur tout autre chose, on va rester sur la lancée. De toute façon, avec Anne Hathaway qui prête sa voix à la petite Jenny, il ne fallait pas s’attendre que les scénaristes innovent et nous sortent de l’habituelle histoire de cœur. Bart est obligé d’aller contre sa nature et Milhouse va lui en vouloir de l’avoir abandonné. C’est avec ce dernier que l’on commence à sortir de notre état limite somnolent, même si les quelques gags avec Homer fonctionnent plutôt bien.

Milhouse, donc, s’incruste et met la pression avec certains de ses gimmicks qui font toujours effet. Le pire dans tout cet épisode est que c’est Lisa qui hérite de la partie hilarante. Elle se retrouve shootée aux goofballs et voit des smiley faces partout.

Au final, le cœur de l’histoire est sans intérêt particulier, mais les moments comiques qui restent à la périphérie prennent assez bien et permettent de faire passer le tout correctement.