The Simpsons - Thursdays with Abie (21.09)

The Simpsons – Thursdays with Abie (21.09)

Grampa Simpson rencontre un journaliste qui va retranscrire ses histoires dans sa colonne du jeudi. Homer devient jaloux et tente de renouer avec son père.

Premier épisode de 2010 pour les Simpson et on part pour un voyage dans le passé avec les fameuses anecdotes de Grampa que personne n’écoute jamais… jusqu’à maintenant. Voilà qu’un journaliste prête l’oreille à ce que raconte le vieillard et il en ressort une chronique à succès dans le journal.

Bien entendu, vu le sujet, on commence par avoir toutes les blagues requises sur la mort de la presse écrite. Après ça, il faut reconnaitre que le journaliste n’aura pas le droit à grand-chose jusqu’à la fin, se retrouvant placé dans le rôle du prétexte qui motive Homer à agir. Côté humour, ce n’est pas vraiment efficace, tout comme l’histoire générale qui sent le déjà vu et n’apporte rien de neuf à la relation entre Homer et son père. Ça n’empêche pas le tout d’être sympathique.

À côté de ça, plus efficace, nous avons un mouton en peluche qu’il faut secourir. Lisa et Bart vont fournir un peu d’action et une touche d’humour qui va bien. Le problème c’est que cette seconde storyline est vite expédiée, surtout sur la fin et c’est bien dommage.

Dans l’ensemble, l’épisode est des plus banals et se regarde sans déplaisir.

Family Guy – Big Man on Hippocampus (8.10)

Suite à un coup sur la tête, Peter perd la mémoire et cela le mènera à mettre sa famille dehors.

Tout commence plutôt bien avec un passage dans la Famille en Or, et c’est le drame. Ironiquement, on nous pointe du doigt le fait que c’est une énième histoire d’amnésie. Et oui, c’est le cas, ce qui n’était clairement pas brillant, car bien que le point de départ nous offre quelques gags qui fonctionnent, l’ensemble apparait plutôt creux.

Ajoutons que pour compenser, nous n’avons rien. Pas de storyline secondaire pour Brian et Stewie, et Lois tarde à réellement faire quoi que ce soit. On retiendra alors la blague foireuse de Meg qui n’est pas en soi une intrigue, mais vu le peu de matériel qui est habituellement fourni au personnage, et vu la longueur de la scène, c’est presque assimilable à une intrigue complète !

Bref, on va oublier tout ça et rejeter un coup d’œil à l’excellent Something, something, something Dark Side.

The Cleveland Show – Field of Streams (1.10)

Après avoir découvert qu’il n’y avait plus d’équipe de baseball dans son vieux lycée, il décide de réhabiliter le terrain et de devenir entraineur. Il va alors pousser son fils à jouer, mais ce dernier est très mauvais.

Il semble que The Cleveland Show possède un ressort nostalgique assez facile à déclencher qui nous permet d’explorer le passé de Cleveland. Cette fois, retour en 1984, à l’heure de gloire sportive qui motivera tout le reste de l’épisode.

On enchaine donc sur du baseball et la traditionnelle relation déception/acceptation qui existe entre Cleveland et son fils. Tous deux n’ont pratiquement rien en commun et, bien entendu, les aptitudes sportives n’échappent pas à la règle. On mélange le tout avec une histoire de vieux ressenti datant du lycée et l’on a droit à une histoire très convenue.

Heureusement, The Cleveland Show est encore assez jeune et développe toujours ses gags et ressorts comiques qui, ici, font régulièrement leur effet. Certes, c’est ponctuel, mais cela a le mérite d’offrir quelques rires occasionnels durant le visionnage.

Donc, dommage que l’histoire soit si banale, de son pitch à sa conclusion, mais le tout n’est pas irrécupérable et se regarde avec un certain plaisir.