The Sopranos – The Second Coming
On continue le compte, plus que deux épisodes. Ce qui commençait à émerger la semaine dernière, prend forme dans cet épisode. D’un côté la dépression d’AJ, et l’autre, Phil Leotardo. Depuis la mort de son frère, on se doutait qu’il deviendrait gênant. Mais voilà, il dirige la mafia de New York maintenant que Johnny Sack et ses autres concurrents ne sont plus de ce monde. Il a toujours voulu la mort de Chris, par vengeance, mais il semblerait que cette dernière ne calme pas ses ardeurs. Il veut pousser Tony à bout, et il va y arriver.

Ce dernier est déjà assez tourmenté par son fils. AJ va continuer à s’enfoncer dans sa dépression ce qui le poussera au suicide. Ou plutôt à tenter de se suicider. Il essaie de se noyer au fond de la piscine, mais la ficelle qui devait le maintenir au parpaing, au fond de l’eau, est trop longue. Il se débat et son père arrive et le sauve. Comme d’habitude dans la série, rien n’est édulcoré, et il en ressort un réalisme assez cru synthétisé par les cris d’AJ. Une scène qui dans une moindre mesure rappelle le viol du Docteur Melfi qui avait fait crier les Américains à cause de son réalisme, justement. L’intensité n’est pas la même, mais la scène reste quand même marquante. AJ va être conduit à l’hôpital et mis en observation. Tony culpabilise, pensant encore une fois que c’est la faute à son héritage génétique. Carmela ne comprend pas ce qui se passe, mais Tony, lui, le comprend très bien, comme le fait remarquer le docteur Melfi. Il comprend ce que c’est qu’être en dépression.

Dans tout ça, Meadow fait des changements dans sa vie. Elle a décidé de ne pas faire l’école de médecine. De plus, elle révèle, à ses parents, qu’elle fréquente depuis quelque temps Patrick Parisi, l’ainé de Patsy. C’est en dinant avec lui qu’elle va tomber sur Coco, un gars de Phil, qui va la menacer et l’insulter. C’en être trop pour Tony, et dans une scène d’une violence remarquable (cf. la scène d’introduction d’American History X, en plus coloré et détaillé), il va évacuer sa rage et défendre sa famille. Un acte qui servira de prétexte à Phil pour faire monter d’un niveau le conflit. Little Carmine va tenter de sauver les meubles, et ses investissements, mais en vain. La guerre n’est pas déclarée, mais presque.

Les évènements donnent enfin une idée du final qui nous attend. Cet épisode est encore une belle démonstration du fait que la série n’a jamais cessé de nous surprendre, et que cela continuera jusqu’au bout. Rien ne nous permet donc d’affirmer que la fin sera de ainsi ou ne sera pas, ce qui est à la fois enthousiasmant et frustrant. Deux semaines donc…