La 8e édition du Festival Séries Mania se déroule à Paris du 13 au 23 avril 2017. Présent sur place pendant quelques jours, Thomas couvre ainsi l’évènement et les séries qu’il découvre à cette occasion. Retrouvez tous les articles concernés en cliquant sur le tag Festival Séries Mania.

Preuve du succès professionnel du festival Séries Mania, le forum de coproduction qui se tient en même temps que la manifestation publique permet de mettre de nombreux projets sériels sur les rails. L’un des exemples se trouve être The Teach, « pitché » à Paris en 2014 aux professionnels et présenté au public cette année.

C’est donc Canal+, sous son label « Création Originale », qui nous propose ce polar un peu spécial. Série polonaise (c’est ainsi l’occasion d’apprendre que Canal possède ses propres déclinaisons locales de ses « Création Originale »), The Teach raconte l’enquête d’un professeur fraîchement arrivé dans une petite ville pour enseigner dans un lycée, dont une classe vient, quelques jours plus tôt, de perdre l’une des ses étudiantes. Si les éléments indiquent d’abord un suicide, l’autopsie révèle en fait le meurtre d’une jeune fille enceinte de trois mois.

Pawel, le prof de polonais, commence ainsi une enquête officieuse. Personne ne se doute alors qu’il est lié à la victime et sa bonhomie, son allure simple et la sympathie qu’il dégage lui permettent d’arriver à ses fins. Cela met surtout un personnage de professeur sur le devant la scène, chose peu courante dans les séries. Pawel est un protagoniste bien écrit et qui est déterminé à résoudre ce mystère parfaitement bien dosé — sur les deux premiers épisodes présentés. L’acteur, Maciej Stuhr, incarne avec simplicité l’ambiguïté de son personnage, entre bienveillance, impartialité du professeur et détermination dans sa quête de vérité. Les ados, eux, remplissent un peu trop facilement le cahier des charges du genre, entre rebelles, bimbos, timides… mais l’hétérogénéité du casting fait rapidement oublier cette facilité.

The Teach permet une nouvelle fois d’ausculter une communauté par l’irruption d’un élément extérieur qui menace, à n’en pas douter, de secouer les habitudes et de révéler certains secrets normalement préservés « pour le bien de tous ». Dans ce petit village où il ne passe jamais rien et où tout va toujours bien, ce genre d’évènements va faire exploser les fondations. Si la formule est connue, la série, dans ces deux premiers épisodes, l’exécute avec un certain savoir-faire et laisse l’impression qu’elle saura sortir des sentiers battus quand l’occasion se présentera.

Elle permet surtout une approche un peu différente, avec des séquences de classe, où l’enseignant amène des notions, des concepts auprès de ses étudiants. Par ce biais inédit, et même si l’objectif de Pawel reste le même, l’enquête ne se fait plus policière mais personnelle et nous fait vivre au sein d’une classe qui regorge de mystères.

Doté qui plus est d’un très beau générique, où des grands traits de craie blanche reconstituent des scènes du meurtre sur un tableau noir, la série possède un fort potentiel, suffisamment de personnages retors et de situations délicates qui ne laisseront pas grand monde indemne.

Si The Teach ne brille pas par son aspect totalement inédit, elle se révèle assez universelle et efficace pour peut-être être montrée telle quelle et dans sa langue d’origine sur Canal+, ou au pire, être adaptée dans une version « bien de chez nous ». Il serait quoi qu’il en soit dommage de laisser The Teach aux seuls spectateurs polonais (très nombreux lors de la diffusion) et de Séries mania.

avatarUn article de .
0 commentaire