Les questions de foi dominent la cour. Alors que la nouvelle princesse Elizabeth est baptisée, ‘l’Acte de Succession’ déclare que seuls les enfants d’Anne Boleyn sont héritiers du trône anglais. Une loi royale est votée où chaque sujet doit prêter serment, sous peine de mort, en reconnaissant la validité du mariage entre le roi et Anne, ainsi que de nouveau la suprématie de Henri VIII dans tous les domaines.

Après l’épisode de la semaine passée, on s’attendait donc à l’explosion du conflit, et d’un épisode plus tourné vers les opposants du roi. Mes attentes ne seront pas comblées, car on traine finalement en longueur. Thomas More ne nous quitte donc pas dans cet épisode.

Première surprise, on prend le temps de s’intéresser aux conséquences des actions du roi sur sa première fille, Mary, alors que cette dernière a été quasiment invisible pendant tout le reste de la série. Elizabeth devient la nouvelle héritière du trône, et Mary vit le rejet.

Le roi veut mettre un terme aux oppositions au sein du royaume, c’est-à-dire qu’il veut la reconnaissance totale pour sa nouvelle reine, et pour sa suprématie. Il souhaite son royaume à genoux devant ses pieds. Tout ceci est clairement digne d’une mégalomanie que seul un roi peut se permettre. Difficile de rejeter ses croyances, et Thomas More va commencer à sentir le courroux du roi. Il refuse de faire serment. Cette histoire devrait occuper le devant de la scène au prochain épisode. Il aurait été bien plus intéressant que cela ait lieu maintenant. Les intrigues présentes donnent plus la sensation d’un ralentissement. Qu’importe le nombre de mois qu’il peut se passer, le rythme est assez absent.

Anne est de nouveau enceinte. Et sait que le roi a une nouvelle maitresse. Elle va bien évidemment se charger de l’éloigner de la cour, mais craint pour la suite. Le roi va-t-il en prendre une autre ? Son père la conseille alors. Elle doit choisir la femme qui va partager la couche du roi, pour avoir le contrôle. Il est naturel pour le roi d’avoir une maitresse, alors si elle ne peut l’empêcher, à elle de s’assurer que rien ne met en péril sa position. Cela rassure Anne dans sa position. On retarde donc l’échéance, on montre encore que la nouvelle reine est encore bien assise sur le siège, à côté du roi, et pourtant, il est évident qu’elle ne pourra pas l’empêcher de porter son regard ailleurs. Étrangement, on attend impatiemment l’arrivée de Lady Jane Seymour pour assister aux scènes d’Anne, et la voir petit à petit sombrer. Pour la petite histoire, Lady Jane a servi comme servante auprès de Catherine d’Aragon et d’Anne Boleyn.

Un épisode qui ralentit un peu trop le rythme lancé dans le précédent épisode. Quelques éléments clés se déroulent, amorçant les évènements.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire