The Tudors - Episode 3-7

L’Angleterre est menacée par une alliance entre la France et l’Espagne, soutenue par Rome, poussant Henri à accepter d’épouser Anne de Cleves, une Allemande protestante, avant même de l’avoir rencontré.

L’opposition entre le roi et l’Église Catholique prend soudainement forme pour l’Angleterre, quand Cromwell annonce l’imminence d’un traité entre l’empereur Charles V et François Ier, roi de France ; avec le soutien – silencieux – du Pape. L’Angleterre doit alors se préparer à une guerre, et Cromwell voit en la sœur du duc de Clèves, Anne, une prétendante de qualité, offrant ainsi au pays une alliance et un soutien en cas de guerre.

Le roi est d’ailleurs prêt à se marier, et le mystère entourant Anne, que si peu de personnes ont vu, le pousse à accepter. La princesse protestante est alors au cœur de l’épisode, servant les enjeux politiques du pays, et devant combler le roi, dont la curiosité lui donne l’envie de posséder cette femme. Cromwell se croit alors sur la bonne voie, la jeune femme pouvant consolider l’aspect religieux et politique. Derrière son dos, le Duc de Soffolk est l’un de ceux qui souhaitent sa chute, et qui est bien décidé à se débarrasser de lui.

Si la chute de Cromwell fut amorcée il y a longtemps, il va lui-même se mettre au bord du précipice, aidé par Charles Brandon, pour que le roi puisse mieux le pousser. Anne de Clèves va lui faire perdre son statut, alors qu’elle aurait dû faire tout l’inverse. L’impatience du roi va le motiver à aller à la rencontre de sa future femme, qu’on lui avait décrite belle. Seulement, leurs différences culturelles vont s’immiscer entre eux, nouveau couple qui ne se connaît pas. Henri VIII est plus que déçu, il est en colère. Anne n’est pas à son goût, il ne la trouve aucunement désirable, et on peut dire qu’il est très extrême pour décrire à quel point elle le répugne. Il aura même grande difficulté à consommer son mariage, n’arrivant aucunement à passer à l’acte, et Anne, malgré sa bonne volonté, finit justement par préférer cette situation. La connexion entre les deux ne se fait à aucun moment.

Une guerre menace le royaume, mais la vie privée du roi a toujours été précieuse, et son mécontentement actuel aura de fortes conséquences. Les réactions d’Henri VIII sont, comme à son habitude, passionnées et exagérées. C’est tout ou rien, et Anne de Clèves en fait les frais. Elle ne sera pas la seule, car il fait part de son dégoût à Brandon et Cromwell, l’un se réjouissant de la tournure des évènements, tandis que l’autre ne peut que rappeler le danger d’une guerre qui approche, alors que le roi souhaite déjà se débarrasser de sa nouvelle femme.

Complots et négociations politiques mènent l’épisode, à travers la princesse protestante, le mariage et des conflits (anciens ou nouveaux). Il ne reste plus qu’un épisode, qui devrait laisser place aux oppositions au sein du pouvoir, Anne de Clèves étant alors la goutte d’eau qui fait déborder le vase du roi.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire