The Vampire Diaries - Bloodlines (1.11)

Damon se rend en Georgia avec Elena, à la rencontre d’une ancienne connaissance, Bree. Stefan demande de l’aide à Bonnie pour savoir si Elena va bien alors que Jeremy rencontre une jeune fille dans les rayons de la bibliothèque.

Pour maintenir le suspense durant la longue pause des fêtes, VD s’était achevée avec une Elena coincée dans sa voiture après un accident et une créature non identifiée s’approchant d’elle. On désamorce le cliffhanger en 30 secondes, le temps de voir surgir Damon qui éloigne ainsi l’inconnu.

Nous partons ensuite pour un mini road-trip où Elena et Damon vont devoir passer du temps ensemble. Il n’y aura pas d’explications poussées sur les motifs du frère Salvatore à emmener la demoiselle avec lui dans l’aventure, alors il est préférable de ne pas y chercher une quelconque signification. Quoi qu’il en soit, ils vont atterrir dans un bar tenu par Gina Torres, de passage le temps d’un épisode, pour incarner une ancienne petite amie et sorcière de Damon. On boit surtout, et à l’occasion on parle, avec notre vampire aux dents longues toujours décidé à libérer sa belle Katherine. Enfin, on a le droit à une menace temporaire complètement inefficace – un autre vampire décidé à faire la peau à Damon car il a tué Lexie.

On note pour l’occasion un schéma : Damon aime tuer les femmes, et de préférence celles qui ont un homme dans leur vie. À la liste des personnes qui semblent lui vouloir du mal pour cette raison, on rajoute donc sans vraiment de surprise, Alaric.

Avec un frère Salvatore sur la route, il faut se tourner vers l’autre pour passer du temps à Mystic Falls. Il va alors faire un peu équipe avec Bonnie, qui a perdu foi en ses pouvoirs. C’est surtout l’occasion de bâtir un background familial plus solide, Grams connaissant personnellement Stefan. Une storyline pas toujours très consistante, mais qui trouve quand même bien son utilité. A noter quand même que loin d’Elena, Stefan m’apparaît être bien plus intéressant et moins empreint à l’utilisation de sa voix un peu trop mielleuse.

Les deux auront le droit à une petite discussion à la fin, où justement, la fille Gilbert aura l’occasion de reprendre son ton moralisateur, pour virer sur son mode pleurnicheuse quand les révélations vont tomber : elle a été adoptée. Rien de quoi bouleverser notre univers, mais il y a sûrement ici la possibilité d’exploiter l’information dans un futur imprécis, et de donner à ses parents une dimension différente. Entre nous, je vais finir par regretter qu’ils soient morts, ils ont l’air bien plus fascinants que le reste de la tribu (franchement, quelqu’un en a-t-il quelque chose à faire de l’incompétente Tante Jenna ?)

Après avoir vu tous ses soucis s’envoler grâce à Damon, il faut redonner à Jeremy de quoi s’occuper, et le voilà à faire connaissance avec Anna, qui croit aux vampires, et va le pousser vers cette voie. La jeune fille a le droit à une introduction correcte, et s’en sort plutôt pas mal, malgré les clichés qu’elle doit surmonter.

En gros, Bloodlines se pose comme un épisode là pour lancer de nouvelles intrigues, fournissant un retour plutôt convenable. Bien sûr, les défauts de la série ne se sont pas envolés durant son absence, mais au-delà de quelques moments musicaux peu inspirés, elle revient au même niveau qualitatif.