Elena disparue, Stefan et Damon partent à sa recherche. Caroline veut aider Tyler, et ce dernier se fait insistant pour apprendre ce qu’elle sait. Jeremy aide Bonnie, suite à sort magique qui la met K.O.

The Vampire Diaries nous offre un épisode qui ne porte pas très bien son titre, nous introduisant à Rose, mais ne faisant bien que cela pour le personnage. La charmante Rosemarie (un nom qui doit bien aller aux vampires) se fait littéralement éclipsée par la mise en place d’éléments mythologiques pas tous bien orchestrés, mais qui sont fort utiles à l’évolution de l’intrigue.

« Rose » est un épisode qui souffre de sa simple fonction, jouant sur la transition, l’introduction et la mise en place des storylines et quelques légers développements. Le tout est fait avec un peu trop de piétinements et de ratés pour que l’ensemble soit véritablement solide.

Commençons par les moments les moins inspirés, c’est-à-dire les scènes romantico-mielleuses magiques de Bonnie, décidée à entrainer avec elle Jeremy dans son trou de médiocrité. Quand le jeune Gilbert ne tire pas la sorcière vers le haut, c’est elle qui le tire vers le bas. En tout cas, c’est ce qui se passe ici, avec un sort à moitié inutile, l’éternelle mauvaise musique pop de la série, et des dialogues à la limite du supportable. Autant dire qu’il y a eu naissance de relation bien plus concluante dans l’histoire du show. Il  n’y a même pas besoin d’aller bien loin, car au sein même de cet épisode, la dynamique entre Tyler et Caroline, souffrant de ne pas être exploitée à son maximum (loup-garou étant toujours synonyme de parcimonie), a le mérite d’être plus convaincante. En tout cas, il y a un potentiel évident, le tout se fondant sur l’inconnu, les mensonges et une possible alliance d’espèces qui pourra avoir son utilité pour le futur – avoir Tyler de son côté semble être plus qu’une bonne idée !

Enfin, l’épisode précédent se terminait sur le kidnapping d’Elena, et les responsables sont des geôliers fort bavards et loin d’être très convaincants dans leur tâche. L’idée est clairement d’imposer que ceux au-dessus sont fort puissants et incarnent une grosse menace, mais cela se fait en partie au détriment de la construction de Rose et Trevor, la première étant la seule à s’en sortir. Cette manœuvre n’a en plus pas vraiment besoin d’être, vu que la scène finale fait tout ce que cette intrigue a tenté de faire de façon plus courte et plus efficace. L’histoire est donc là pour exploiter des éléments qui sont en suspens depuis un moment – à commencer par le fait qu’Elena est le portrait craché de Katherine. Le scénario établit au moins des connexions bienvenues, qui offriront toujours à cet épisode une place dans le développement de la saison. Il est un peu dommage que le coup du kidnapping ne fût qu’un prétexte peu inspiré pour nous fournir des informations et donner une nouvelle orientation à la saison, tout en restant sur Katherine. Il est par ailleurs difficile de ressentir une once d’angoisse pour Elena.

En bout de route, « Rose » est un épisode qui piétine un peu trop, cherchant à installer des enjeux au sein de situations manquant, si ce n’est d’intérêt, au moins de panache. Dommage, surtout qu’il contient pas mal de renseignements et possède un twist final inspiré.