Stefan tente de contrôler sa soif de sang humain, alors que les Gilbert reçoivent la visite de leur oncle. Matt et sa mère font le deuil de Vicky.

C’est le retour de la soirée chic dans The Vampire Diaries. Entre les complots d’adultes et l’alcool qui coule à flots, les jeunes de Mystic Falls en profitent. Sauf Caroline et Bonnie, aux abonnés absentes. Peut-être que la première a été punie par sa maman, qui est bien présente à l’évènement ?

Qu’importe, car c’est les 150 ans de la ville qu’on fête, l’occasion de déterrer quelques os. Enfin, façon de parler, les cadavres n’étant pas remontés à la surface. L’arrivée de l’oncle John Gilbert (David Anders) offre en tout cas tout ce qu’il faut pour créer des remous et des questions.

Chacun des frères Salvatore va ainsi être occupé à ses propres problèmes. D’abord, Stefan est devenu un assoiffé de sang, faisant ressortir d’autres traits de sa personnalité et ce n’est pas joli-joli. En fait, Stefan s’étant pas mal affirmé, cela réussit à fonctionner avant tout, car c’est toujours pénible de voir quelqu’un lutter contre ses addictions (même sanguine) et ensuite, car on l’aime bien notre vampire et qu’on ne veut pas que cela tourne mal pour lui. Certes, ce n’est pas du tout original, que cela soit dans la thématique (éternel parallèle avec l’accro aux drogues) et la mise en pratique, mais pour le moment, ce n’est pas trop gênant. Comme il est quelque peu difficile de voir exactement où l’on va avec cela, on se contente d’observer. Le petit jeu de Damon prend d’ailleurs ici pas mal d’intérêt, remettant bien en avant la relation tordue entre les deux frangins.

Si le cadet des Salvatore a des difficultés à penser à autre chose qu’au sang, l’ainé se frotte à John Gilbert, qui apparaît comme un puits de savoir refusant de révéler son jeu. Là encore, où va-t-on ? Le plan de l’oncle n’est pas du tout exposé, mais le mystère prend suffisamment pour attiser la curiosité. Et puis, cela continue sur la lancée du précédent épisode, entrainant une sorte de rapprochement silencieux et improbable entre Damon et Alaric qui promet. Tout ceci est alléchant.

Ce n’est pas le seul obstacle qui se présente, Damon venant mettre au parfum Elena que son frère n’est pas stupide. Jeremy s’affirme comme étant plus malin qu’il ne l’avait laissé paraître jusque-là, creusant bien du côté vampirique, et surtout étant le seul à trouver étrange que Vicky fut enterrée. Morte d’une overdose, c’est une chose, mais comme il le dit, elle n’est pas allée se mettre sous terre toute seule ! Sacré Jer, le voir grandir sous nos yeux nous rendrait presque sentimentaux !

Au moins, le jeune Gilbert progresse. Sûrement pas dans la direction que le voudrait sa sœur, mais le Jeremy fouineur est bien plus sympathique que le Jeremy capricieux ou amoureux. Par contre, on ne peut pas en dire autant de la relation entre Matt et sa mère, jouant sur les mêmes ressorts, de même que celle entre Tyler et son papa maire. Cela me rappelle les débuts de Bonnie, où l’on nous montrait continuellement la même chose pour nous faire patienter jusqu’à l’épisode où sa magie a dû prendre un tournant. Il est assez clair que c’est ce qui attend Tyler (à part qu’il ne va pas se mettre à faire de la magie, mais il peut bouffer son père, on ne lui en voudra pas).

Enfin, The Vampire Diaries continue sur sa bonne route, avec un épisode qui joue avec quelques ficelles, mais qui offre plein de bonnes petites choses qui donnent envie d’en savoir plus.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire