The Vampire Diaries - Unpleasantville (1.12)

Il y a un nouveau vampire en ville, et il s’en prend à Elena. Damon et Stefan cherchent à l’identifier, et vont devoir participer à une soirée dansante avec pour thématique les années 50 pour y parvenir. Au Mystic Grill, Matt a dégoté un travail et Ben le barman vient en aide à Bonnie qui est accostée par Damon. Jeremy prête le journal de son ancêtre à Alaric.

Cela ne rigole pas à Mystic Falls et les histoires vampiriques se compliquent. Qui s’en plaindrait franchement ? Ce n’est clairement pas les roucoulements de Caroline pour Matt qui passionnent, alors il est bon de voir que parfois, ce qui s’annonçait comme une mauvaise idée vient juste servir un plan plus ambitieux.

Le vampire sorti de nulle part qui s’en prend à Elena illustre assez bien ce propos. Tout démarrait assez bêtement, mais la tournure que vont prendre les évènements vont offrir à cette storyline, ainsi qu’aux autres qui lui sont rattachées, plus d’importance. Le gros point faible de la série, c’est définitivement sa mise en scène des relations de cœur – de Bonnie et le barman à Alaric et Tante inutile.

Ainsi, dans la bourgade, on accumule les vampires, et ces derniers sont tous rattachés à l’histoire de Katherine, et/ou par extension à celle d’Elena. Les liens qui unissent les deux femmes ne sont pas encore complètement établis, mais quelques informations font surface, comme le nom de sa mère, Isabelle – même nom que la femme d’Alaric.

Le premier vampire est surtout là pour fournir du suspense et de l’action, et voir Elena se défendre n’est pas du luxe. Son caractère a plus que besoin de s’affirmer si elle opte pour continuer dans cette voie, et cela sert assez bien le personnage de la voir prête à liquider un vampire – bien qu’en léger désaccord avec le précédent épisode. Surtout, si celui-ci va y laisser sa peau, nous en avons deux autres qui ont été introduits avec plus de subtilité, et qui sont donc là pour durer : Anna la nouvelle amie de Jeremy et Ben le barman et possible boyfriend de Bonnie. Une pseudo partie d’échec est en place, ces derniers sachant exactement qui est qui, et présent à Mystic Falls pour les mêmes raisons ou presque que Damon : Katherine.

Le mystère autour de la demoiselle s’épaissit, car il est quand même assez difficile de cerner cette obsession que tout le monde semble avoir pour elle, quand on ne sait définitivement rien. Il y en a un par contre qui n’en a cure, c’est Stefan, et ce n’est pas plus mal. En fait, il la préfère sous terre, mais ment à son frangin adoré. Tout le monde parait manipuler tout le monde dans le coin, et je vois mal Damon ne pas sentir véritablement le léger coup monté qui doit se préparer – ce qui ne doit pas pour autant l’empêcher d’exploiter à son tour son frère pour ses propres intérêts.

Au final, Unpleasantville développe à travers des petites histoires parfois bancales sa grande intrigue vampirique qui est bien plus passionnante que le reste. Il y a une certaine ambition qui fait plaisir à voir et le mystère autour de Katherine apparaît bien moins comme une excuse bidon, mais comme un élément majeur et mystérieux qui aiguise la curiosité.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire