Sur les conseils de Mr. X, Scully suit la piste de son implant qui va l’emmener vers les réponses qu’elle cherchait. Mulder, dans le train, traque Dr. Zama et finit par accéder au mystérieux wagon, mais il n’est pas seul.

Mulder : How can you be so sure?
Scully : Because I have what I told you I needed, Mulder… proof.

Avant d’enchainer sur les éléments qui conclure la première partie, l’épisode s’ouvre sur une scène de massacre qui laisse supposer que le nettoyage se poursuit, que les preuves vont probablement disparaître avant que Mulder et Scully n’arrivent.

Et ce n’est pas très éloigné de ce qui va réellement se produire. Pour Scully, il s’agit surtout de preuves, mais pour Mulder, il est nécessaire d’avoir plus que ça, il lui faut justement la fameuse vérité, et que ceux qui la manipulent paient le prix de leurs mensonges.

Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve Mulder mis face à des faits qui ne sont pas ceux qu’il imaginait. Et, comme à chaque fois, cela le pousse à juste aller plus loin. Quand Scully lui apprend la vérité sur son kidnapping et sur les expériences de Zama, il se refuse à y croire. Tout est trop logique, le gouvernement ne fait que cacher ce qui a été accompli par l’hybridation entre humains et aliens.

Étonnement, il n’y a pas de rappel nous ramenant au fameux wagon dans lequel Mulder faillit déjà mourir à la fin de la saison 2. Pourtant, l’histoire est sur le point de se répéter, sauf que cette fois, le wagon n’est pas rempli de cadavre d’hybrides, il y en a un vivant.

On a donc un mélange de grandes thématiques de la série, entre les dérives scientifiques et les aliens, sauf qu’il est assez difficile de véritablement savoir où l’un commence et où l’autre se termine.

Quoi qu’il en soit, cet épisode se poursuit sur deux fronts. D’un côté, nous avons Scully qui avance sur ce qu’il y a de plus concret, suivant la piste de son implant. De l’autre, Mulder est coincé dans le train.

La première storyline joue avec les faits, tandis que la seconde démarre lentement pour installer un suspens qui alimentera la seconde moitié de l’épisode. Le mélange fonctionne assez efficacement, nous embrouillant comme Mulder dans une montée de stress et d’informations.

Monstre d’utilité publique n’est certes pas le double épisode le plus marquant de la série, mais ses deux parties sont assez bien construites et le second épisode bénéficie d’une réalisation des plus efficaces qui permet de captiver du début à la fin. À ce niveau là de la série, la mythologie prenait assez bien forme et les éléments passés sont utilisés habilement. On peut dire que ça commençait même à décoller dans le bon sens.

La prochaine fois, on quitte la mythologie pour s’arrêter sur l’un de mes épisodes préférés : War of the Coprophages.