Des adolescents jouent avec de la magie noire et l’un d’eux est retrouvé mort mutilé le lendemain. Mulder et Scully sont appelés pour enquêter sur place. Bien que peu convaincus par la théorie du shérif local, les deux agents du FBI vont vite constater que quelque chose de bizarre se trame.

Comme vous pouvez le constater, on sort un peu des épisodes mythologiques pour s’intéresser à un loner. Et pas n’importe lequel, car celui-là a le privilège d’avoir un titre mémorable. Pour la petite histoire, il me semble bien me rappeler qu’à l’époque, il y avait eu des critiques au sujet du côté trop bateau des titres d’épisodes. À la suite de ça, Carter s’est amusé à compliquer les choses.

Bref, si j’ai décidé de vous parler de cet épisode en particulier, c’est parce que je l’ai toujours beaucoup aimé, même si j’ai souvent tendance à le mélanger avec un autre que j’apprécie tout particulièrement, Syzygy (3.13).

C’est donc une histoire de magie noire, d’adoration de Satan pour être précis. Un culte bien répandu, mais gardé secret, dans une petite ville comme tant d’autres. Ici, Mulder et Scully tentent de déterminer ce qui est vrai ou faux, entre les allégations de certains et la mythologie locale. Ils suivent les pistes qu’ils peuvent, même si elles sont un peu difficiles à réellement appréhender. Il leur faut découvrir qui est derrière tout ce qui se passe.

Ironiquement, ils ne sont que des pions dans le jeu de Mrs. Paddock, remplaçante du professeur de biologie et exécutrice de la salle besogne venue sur place pour punir les adorateurs de Satan qui se sont un peu trop relâchés. Ils ont joué avec le feu et elle vient leur donner leur prix. D’une certaine manière.

L’épisode démarre calmement et, plus il avance, plus il devient sombre et limite gore. La tension est bien gérée, alimentée par les peurs de ceux qui ne savent pas ce qu’ils ont déclenché et par les agents du FBI qui se rapprochent un peu trop près de la vérité.

C’était le dernier épisode signé par James Wong et Glen Morgan avant qu’ils ne partent pour s’occuper de Space : Above and Beyond (ils reviendront durant la saison 4). On reconnait bien leur style, mêlant les codes classiques de l’horreur à une touche de divertissement qui est ici bien appuyée par le casting – Susan Blommaert dans le rôle de Mrs. Paddock en particulier.

Die Hand Die Verletzt est donc un stand-alone de bonne facture, comme beaucoup d’autres de cette saison 2, et j’ai toujours autant de plaisir à le revoir.

La prochaine fois, on replonge dans la mythologie avec un double épisode : Colony/Endgame.