The X-Files – Eve (1.10)

Mulder et Scully enquêtent sur la mort étrange d’un homme dans le Connecticut. Quand ils découvrent qu’un autre homme, en Californie a été tué simultanément, ils se rendent sur place et découvrent que les filles des deux victimes se ressemblent énormément, mais n’ont aucun lien de parenté.

Diffusion originale : 10 décembre 1993 / Fox

Bien que Mulder saute sur l’affaire, persuadé de s’être dégotté une histoire d’enlèvement et d’expérimentations extra-terrestres, cet épisode va emmener les deux agents des X-Files vers un autre domaine, celui de la science, celui du clonage.

Toute l’affaire trouve son origine dans un des fantasmes de la science, la création du super-soldat. On nous raconte donc toute une histoire d’eugénismes qui a tourné court, mais il était déjà trop tard.

Histoire de simplifier les choses, Deep Throat refait une apparition forte opportune afin de délivrer à Mulder les informations nécessaires pour éviter que l’investigation ne traine. Le plus étonnant étant bien entendu que Scully ne semble pas chercher d’où viennent ces nouvelles pistes très concluantes. Cela renforce vraiment le sentiment de facilité qui ressort de ce petit raccourci scénaristique.

Mais cela n’est pas suffisant pour tirer l’épisode par le bas, car il contient des éléments qui ont véritablement fait la force de la série et qui ne se sont pas ternis avec les années.

Entre l’ambiance noire qui est appuyée par les effrayantes petites jumelles meurtrières et l’histoire de dérives scientifiques, tout ce qu’il fallait en plus pour parfaire le tout était le style sombre et inquiétant typique de la série.

Le gros problème est certainement que les scénaristes n’avaient pas réfléchi leur idée jusqu’au bout, ce qui va entrainer quelques petites longueurs, sur la fin, dues à l’étirement de l’intrigue.

Eve n’est donc pas un épisode parfait, mais cela n’enlève rien au fait qu’il démontre bien le potentiel de la série dans le domaine qui lui réussira le mieux, à la frontière entre la science, le fantastique et l’horreur. L’épisode aurait pu aller plus loin dans l’exploration de son concept, mais la jeunesse de la série, à ce niveau, est surement responsable de quelques-unes des facilités qui auraient pu être évitées.

Quoi qu’il en soit, l’ensemble se révèle plutôt captivant, suffisamment prenant en tout cas pour que l’on ne s’arrête pas trop sur les détails les plus discutables.