The X-Files - Gender Bender / Masculin - Féminin (1.13)

Une série de meurtres étranges poussent Mulder et Scully à s’intéresser aux membres d’une étrange communauté d’où serait originaire le tueur qui serait tantôt un homme, tantôt une femme.

Diffusion originale : 21 janvier 1994 / Fox

La rentrée fut chargée et je n’ai pas trop eu l’opportunité de regarder un épisode de The X-Files. Il est donc temps de reprendre les choses sérieuses et cela se fait avec Gender Bender, un épisode qui restera dans les annales de la série comme étant le premier auquel a participé Nicholas Lea. À ce moment-là, il ne joue pas Alex Krycek, mais une victime rescapée de l’étrange tueur/tueuse.

Le concept de l’épisode est donc basé autour de l’idée qu’un tueur pourrait changer de sexe et qu’il aurait comme arme fatale, son pouvoir de contrôle sur ses phéromones.

C’est un peu difficile à appréhender, mais on est dans The X-Files, donc on ne se pose pas de questions, on adhère. Au départ, cet épisode, cette introduction, rien ne me parlais, mais il ne faut pas longtemps à Mulder et Scully pour se retrouver au milieu d’une communauté de type Amish From Outer Space – comprendre qu’ils ont tous l’air complètement à l’ouest –, ce qui réveilla chez moi de vagues souvenirs. Mai peu importe, car derrière tout ça se cache un mystère, et c’est bien là le problème.

S’il était question que d’une brebis galeuse dotée d’étranges pouvoirs, ça aurait été plausible, mais là on se lance sur toute une communauté dont les secrets nous seront suggérés, mais jamais détaillés et approfondis. On doit donc adopter la vision imaginative de Mulder pour ne pas trop être dérangé par le fait que le scénario est plutôt pauvre et que la mise en scène n’est pas non plus des plus inspirées. Et encore, même dans ce cas-là, c’est difficile d’être intéressé.

En gros, ce Gender Bender manque de beaucoup de choses, mais principalement d’une fin qui aurait apporté un sentiment d’accomplissement. Au lieu de ça, on nous balance une idée un peu trop bidon et qui sent vraiment la facilité afin de ne pas avoir à offrir la moindre miette d’explication, aussi extraordinaire aurait-elle été.

En conclusion, un épisode ennuyeux et peu mémorable.