The X-Files : Rien qu'une expérience (10.02)

Quand un chercheur travaillant pour sur de mutations génétiques pour le gouvernement se suicide de manière mystérieuse, Mulder et Scully tentent d’enquêter, mais se heurtent rapidement à un mur de silence.

Si My Struggle nous proposait un retour de The X-Files dans la continuité du dernier film, Founder’s Mutation suit une route différente, nous ramenant plus en arrière à ce que la série faisait il y a deux décennies.

Il faut dire qu’avec James Wong aux commandes de l’épisode et les formalités de la reprise laissées derrière, il n’est pas étonnant que ce que l’on obtienne soit plus proche de ce que le show délivrait à l’origine. Nous avons ainsi ce qui s’apparente au premier abord à un Monster of the Week.

La mort étrange du Dr. Sanjay n’est cependant pas le cœur de Founder’s Mutation qui se retrouve à offrir sans tarder de possibles connexions avec la mythologie – plus précisément, avec William, le fils de Mulder et Scully.

Dans le fond, cet épisode joue donc sur une corde émotionnelle forte qui permet de donner aux personnages des motivations particulières liées à un passé que nous connaissons bien. C’est une bonne façon de nous aider à nous réinvestir pleinement dans le show tout en dépoussiérant quelques pans importants de l’Histoire.

Dans la forme par contre, il est plus question de faire un petit voyage dans le temps. Que ce soit dans les mouvements de caméra de Wong ou dans la musique de Mark Snow, le pré-générique parait par exemple tout droit sorti de la série originale.

Tout l’épisode est ainsi marqué par le sentiment que l’on retrouve le show tel qu’il était il y a deux décennies de cela. Cependant, tout est fait pour que le propos s’inscrive dans la logique de cette nouvelle saison et non dans le passé. La manière avec laquelle William est abordé illustre clairement cela en se concentrant sur les années perdues et le temps qui s’est écoulé.

Ce retour de The X-Files joue donc la carte de la nostalgie, mais ne se laisse pas dominer par elle. Il est réellement question de continuité et de ce qui a changé. Toute l’histoire de recherche sur les mutations génétiques qui servent ici de fil rouge à l’investigation s’inscrit hypothétiquement à la suite de ce que Le Syndicat développait en son temps. Bien entendu, nous restons avec plus de mystères que d’explications à ce sujet.

Dans l’ensemble, il ressort surtout avec Founder’s Mutation que ce revival est pour le moment bien plus au sujet de Mulder et Scully que des monstres. Étant donné le peu d’épisodes commandés, cela apparait judicieux de suivre cette route. Néanmoins, l’univers de la série allait plus loin que ses deux héros et cet épisode en souffre quelque peu quand son intrigue se voit réduite à n’être qu’une excuse pour que les deux agents puissent continuer à réaffirmer leur place dans l’histoire générale.

Indéniablement plus solide que My Struggle, ce second épisode montre que, avant de retrouver totalement The X-Files, il y a une réactualisation à faire qui impose des limites notables. Cela ne serait pas frustrant s’il y avait plus de 4 épisodes après celui-ci.