The X-Files – Squeeze / Compressions (1.02)

À Baltimore, une série de meurtres a lieu dans d’étranges circonstances : il n’y avait aucune possibilité pour le tueur d’entrer ou sortir sans se faire voir. Scully est amené sur l’enquête par une vieille connaissance qui ne va pas apprécier les théories de Mulder qui relient l’affaire à des dossiers non classés remontant au début du siècle.

Diffusion originale : 24 septembre 1993 / Fox

Après avoir bien imposé des thématiques de science-fiction, la série se lance dans une autre direction avec un sérial killer, mais surtout, avec sa première immersion aux frontières de l’horreur. Aujourd’hui, l’épisode a quelque peu perdu de son impact, l’image a pris un petit coup de vieux et cela diminue légèrement les effets, mais à l’époque, ce Squeeze était réellement prenant et même flippant. De quoi aider le show à se faire une réputation.

L’histoire s’ouvre sur un meurtre dont on ne verra pas les détails, la réalisation et les bruitages étant assez suggestifs, on saisit l’ampleur de la violence. L’accent est mis sur le point d’entrée du tueur, car c’est là que repose toute la problématique du dossier, surtout pour Tom Colton, l’agent en charge. Ce dernier est interprété par Donal Logue (cf capture) et va servir à nous introduire un élément déjà insinué, mais qui va prendre toute son importance ici : la réputation de Mulder. Les agents du Bureau se moquent de lui et Scully n’est pas aidée par cela. Colton veut donc lui offrir l’opportunité de sortir de ce bourbier, mais l’évolution de l’enquête va le mettre du mauvais côté, poussant toujours plus Scully à appuyer son partenaire, même si sa théorie est des plus étrange.

Pour lui, le tueur est le même depuis le début du siècle. Tous les 30 ans, il réapparait et récolte 5 foies avant de disparaitre à nouveau. Le suspect est vite identifié : Eugene Victor Tooms. Doug Hutchinson a obtenu là un rôle – de justesse en plus – qui définira une grosse partie de sa carrière, car il va souvent se retrouver à jouer les psychopathes. Il le fait si bien ici.

Tooms, en plus d’être terrifiant, est le premier véritable « monstre » de la série. De quoi rendre encore plus mythique un personnage qui aura le rare privilège de revenir pour une suite.

Pour continuer sur l’épisode, il faut aussi signaler qu’il est le premier écrit par James Wong et Glen Morgan. Ils parviennent à construire ici une intrigue qui est finalement basée sur peu de choses, mais qui a gardé son dynamisme. Les attaques de Tooms marquent les moments clés de l’histoire qui va tenter d’offrir une investigation assez proche de ce qui est censé être standard pour le FBI. Scully réussit à conserver Mulder dans le droit chemin, même s’il arrive à insinuer ses théories en apparence grotesques. C’est là une routine devenue classique du fonctionnement du duo et c’est également ce qui donne la crédibilité à la fois à l’affaire et au point de vu de Mulder.

Bref, cet épisode est mythique dans la série et il n’a pas perdu grand-chose avec le temps. Il se révèle, en tout cas, bien supérieur au précédent.