Que vaut Thirteen et sa perturbante histoire de kidnapping ?

thirteen-series-bbc3-jodie-comer

Du 19 au 26 novembre, Critictoo se met à l’heure anglaise avec une semaine dédiée à la télévision britannique. En savoir plus.


Difficile de se faire une place dans l’univers du thriller quand tout ou presque a déjà été fait. Un défi qui ne semble pourtant pas effrayer BBC Three puisqu’elle a proposé au cours de ces cinq dernières semaines le drame policier Thirteen. Si la série est exclusivement diffusée en ligne suite aux coupes budgétaires dont la chaîne a été victime, le succès fut tout de même au rendez-vous.

Il faut dire que malgré son unique saison de 5 épisodes, Thirteen prouve qu’il n’y a pas besoin d’en faire des tonnes pour créer un joyau télévisuel. La créatrice Marnie Dickens maitrise son récit d’un bout à l’autre et a su s’entourer d’une équipe qui semble avoir complètement compris son univers et ses personnages. Ce qui explique l’engouement qui s’est rapidement rassemblé en ligne semaine après semaine.

Qui est Ivy Moxam ?

 Thirteen raconte l’histoire d’Ivy Moxam (Jodie Comer), une jeune femme kidnappée quand elle avait treize ans et qui parvient à s’échapper treize années plus tard. Réunie avec sa famille et ayant du mal à s’ajuster à sa liberté, elle doit également aider les enquêteurs Carne (Richard Rankin) et Merchant (Valene Kane) à retrouver son kidnappeur avant qu’il ne frappe encore.

Le concept est en apparence tout ce qu’il y a de plus simple. Seulement, au fur et à mesure que s’agencent les pièces du puzzle, les différentes informations délivrées par Ivy ne semblent pas coller avec la réalité. Bien qu’elle soit brisée par sa réclusion et les abus qu’elle a subis, Ivy Moxam parait dissimuler une partie de la vérité.

En posant la question de qui est réellement Ivy Moxam et de l’intégrité de ses intentions, Thirteen parvient à créer un univers fascinant. L’histoire force à s’impliquer émotionnellement dans cette quête de vérité en se concentrant essentiellement sur Ivy qui captive par sa fragilité et le mystère qui l’entoure. Les révélations et Les retournements de situations simples sont d’une efficacité redoutable.

Jodie Comer et la dimension psychologique

 Thirteen est un thriller psychologique qui n’aurait pas pu fonctionner sans des personnages consistants et des acteurs capables de retranscrire leurs remous intérieurs.

À ce niveau, la série marque un sans-faute. Sans avoir à en dévoiler énormément sur leur passé, chaque acteur parvient à transmettre la difficulté du présent. Le voyeurisme pourrait d’ailleurs définir cette manière que le récit a de s’infiltrer dans le quotidien d’une famille éclatée suite à la tragique disparition d’Ivy et qui cherche désormais à se rallier derrière elle. La nuance est de mise et les informations éparses, mais suffisantes pour comprendre qu’Ivy n’est pas la seule à voir souffert. Seulement, le reste du monde a eu le choix d’avancer et de passer à autre chose avant d’imploser une nouvelle fois au moment de son retour.

thirteenc-series-bbc3-ivy-moxam

Il y a quelque chose de poignant à découvrir comment chaque personne est touchée à sa façon par le retour d’Ivy. Toutes les réactions ne sont pas de la même intensité ni du même ordre et elles sont toutes compréhensibles. Thirteen ne cherche jamais à justifier ou à juger ses personnages. Tout est dévoilé de manière chorale pour former un tout d’une cohésion remarquable.

Cela n’aurait pas été possible sans une Ivy convaincante. Jodie Comer est la véritable surprise de Thirteen dans le sens où son interprétation du personnage est impeccable. Déjà vue dans My Mad Fat Diary et dans Doctor Foster, elle signe ici sa meilleure performance et prouve qu’elle a définitivement sa place en tête d’affiche. Sa gestion de la dualité qui habite Ivy et la maitrise de toutes les micro-expressions qui la rende si captivante sont réellement remarquables. D’autant plus quand le récit repose à 90 % sur ses épaules.

Une fin de série à couper le souffle

 S’il y a bien une chose à reconnaître concernant Thirteen est que la série prend son temps. Il ne s’agit pas ici d’une histoire avançant à une cadence effrénée et la série se dote de cette touche dépressive qui la ralentit d’autant plus. Pourtant, cela n’empêche en rien le show de réussir à faire grimper la tension progressivement dans le dernier épisode.

Pour cela, il faut féliciter la réalisation de Vanessa Caswill qui a très bien compris que par moment, le moins est l’ami du mieux. Le montage joue avec ce que l’on sait et l’état de la situation pour délivrer des moments grisants. Il y a en fait une frustration positive à découvrir ce patchwork de situations qui n’avancent pas forcément dans le même sens, mais qui place Ivy face à des épreuves qu’elle n’est pas équipée à surmonter.

Ceci contribue à bâtir le nécessaire pour que les cinq dernières minutes puissent avoir l’impact émotionnel et narratif recherché. Les instants finaux peuvent sembler abrupts, mais il faut reconnaître à Marnie Dickens une confiance en soi étonnante pour clôturer son récit de la sorte. Pour dire la vérité, jamais une fin de série ne m’avait autant laissé sans voix, que ce soit par la surprenante tournure que prennent les événements ou par le sentiment d’en avoir eu pour le temps investi.

Le mot de la fin

Thirteen est une véritable réussite par rapport au pari que la série s’est donné de raconter l’histoire d’Ivy Moxam. L’immédiate empathie ressentie pour cette survivante et le désir de la voir s’en sortir saine et sauve sont les clés d’un mécanisme narratif qui ne donne jamais l’impression de se tromper. À vrai dire, je n’avais  jamais eu une réaction aussi viscérale face au déroulement et à la conclusion d’un récit. Il faut bien sûr se laisser prendre au jeu pour que cela fonctionne, mais il parait difficile de rester de glace face à son histoire.

En conclusion, Thirteen est sans conteste une série de haute volée qui prouve que la combinaison d’une équipe créative inspirée et l’interprétation convaincante d’acteurs sont tout ce qu’il faut pour raconter une histoire simple. En se réduisant à un nombre aussi restreint d’épisodes, la série réussit à ne faire aucun faux pas. Grand bien fasse à BBC Three si elle continue à délivrer des œuvres de cette qualité malgré ses restrictions budgétaires.

Déjà publié en mars 2016, cet article est aujourd’hui remis en avant à l’occasion du début de la diffusion de Thirteen sur France 2 ce lundi 20 novembre à partir de 21h00. Vous pouvez déjà vous procurer les DVDs de la série en France.

THIRTEEN saison 1
List Price: EUR 20,06
Price: EUR 19,97
You Save: EUR 0,09
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link