Sookie vient en aide à Eric qui change ses plans pour Russell. Jason va prévenir le peuple de Crystal du danger approchant. Sam s’excuse de son comportement auprès des gens qu’il a blessés récemment.

Comme souvent cette saison, aussi enthousiasmant le précédent cliffhanger pouvait être, sa résolution manque cruellement de panache. Ainsi, au lieu de nous offrir un feu d’artifice, on tergiverse et Russell peut, de cette manière, se voir offrir une sortie discrète.

Tout ceci manque dès lors d’intérêt, même si Bill et Eric en tirent un léger profit, l’un montrant qu’il n’est pas aussi insipide que tout le monde le dit, l’autre en frôlant la folie.

Cela dit, pas de quoi permettre à ce season finale de briller. Et, de ce côté-là, Jason ne va pas non plus aider, embourbé dans une storyline qui peine depuis le départ à maintenir sa direction, alors générer de l’intérêt devient pratiquement un luxe. Cela tournera de façon presque ridicule, comme toujours avec lui, mais on peut espérer qu’il finira par retomber sur ses pieds.

Celle qui gagne réellement dans tout ça, c’est Tara qui va finir par faire la seule chose logique à laquelle elle pouvait penser. Le personnage a pourtant eu le droit à avoir du bon matériel scénaristique cette saison, mais ça ne diminue pas le fait qu’elle n’avait pas vraiment grand-chose d’autre direction à emprunter et sa solution semble la plus réfléchie.

Dans tout ça, Sookie en a marre et on la comprend. Balancée entre les mensonges des uns, les manipulations des autres, elle finit par rejeter l’univers des vampires. Elle va également choisir une voie qui, sur le moment, parait presque l’unique possible, bien qu’Alcide aurait pu être une option valable à suivre, même si son monde n’est pas très éloigné de celui des vampires.

Mais qui dit season finale de True Blood, dit mise en place d’éléments pour la saison prochaine. De ce côté-là, c’est relativement pauvre, probablement parce que ça fait maintenant plusieurs épisodes que l’on regarde les choses prendre formes. Au bout du compte, voir Hoyt et Jessica profiter de leur bonheur avec une nouvelle ombre qui se met à planer sur leur tête n’a rien d’étonnant, tout comme les derniers délires hallucinés de Lafayette. Bill est alors le seul à avoir un cliffhanger qui pourrait générer une certaine attente si cela n’était pas présenter avec si peu d’intensité. On se doute qu’il ne va pas falloir longtemps pour résoudre tout ça, de toute façon.

Au milieu de ces mises en place maladroites, il reste Sam qui, lui, conclut plus qu’il ouvre de nouvelles portes. C’est le moment de faire table rase de tout ce qui n’est pas allé cette saison et il le fait de façon à parfaitement exploiter la zone d’ombre qui réside en lui et qui ne demande qu’à se montrer. Espérons que dans la folie régnant à Bon Temps dans la quatrième saison, il pourra obtenir les développements qu’il mérite.

Pour conclure, cette fin de saison est dans la lignée de la seconde moitié de saison qui vient de s’écouler. Beaucoup de petites choses qui n’arrivent pas à générer de l’intérêt, l’impression persistante qu’il y a beaucoup de potentiel gâché, et trop de temps perdu à s’intéresser ou à développer des idées qui ne le méritaient pas. Espérons donc que la quatrième saison parviendra à rapidement retrouver l’énergie typique de la série qui semble, à l’heure actuelle, s’être dissipée.