Bill est jugé et doit faire quelque chose qui va à l’encontre de ses idées. Tara réalise l’exorcisme, mais découvre peu après la vérité sur la femme qui l’a pratiqué. La relation entre Amy et Jason prend un nouveau tournant. Sam révèle son secret à Sookie.

Sam : I’m shapeshifter.
Sookie : Shut the fuck up!

On terminait l’épisode avec Sam à la place du chien. On reprend comme d’habitude là où l’on s’était arrêté et Sookie qui panique devant l’homme nu. Dans l’ouvrage, elle gère bien mieux la situation, même si certains dialogues sont similaires. Disons qu’elle ne lui fait pas une crise pour lui avoir dissimulé l’information. On impose déjà ici la différence entre les shapeshifter et werewolves. Ce n’est pas parce que Sam peut se changer en animal qu’il pense du bien des loups-garous, une espèce différente, donc. Il nous explique un peu les règles du jeu, et on a aussi droit à des flashbacks de son passé (là aussi, ce n’est pas le même que dans le livre). Généralement, tout ce qui touche à l’enfance des protagonistes est bien fait, et même si c’est court, on reste dans cette mouvance.

On nous avait laissé sous-entendre que le premier roman trouvait sa conclusion dans l’épisode 10. Ce n’est pas vrai, vu qu’on ne découvre pas qui est le tueur. On fait donc la fête pour au Merlotte pour célébrer la demande en mariage pour Arlene, et là-bas, Sookie va se faire agresser. Elle verra dans la tête de la personne les meurtres, sachant alors que c’est le tueur, mais la caméra n’est pas assez intelligente pour regarder le coupable ! Oui, car il faut être réaliste, moi à la place de Sookie, je l’aurais regardé le type, surtout que l’occasion était là à un moment. (Dois je aussi dire que ce n’est pas comme dans le livre ? Les lecteurs le savent !)

Pendant ce temps-là, Tara découvre la vérité sur l’exorcisme – après l’avoir fait. C’est du pipeau. Ma foi, cette conclusion-là n’est pas mal du tout, il aurait juste été mieux si cette intrigue n’avait pas été développée sur tant d’épisodes. Cela laisse Tara dans un état psychologique finalement pire qu’au départ, et maintenant, difficile de savoir ce qui attend la jeune femme. Dans les situations qui prennent une tournure peu réjouissante, nous avons aussi Jason et Amy. Il décide de reprendre le contrôle de la relation – ce qu’il n’a jamais eu – et cela passe par libérer le vampire. Une décision prise en partie grâce aux paroles de Lafayette, qui viennent lui faire comprendre que la vie n’est pas un jeu, et que ce qu’il a fait va avoir des conséquences sur lui, et ça, Lafayette, il ne l’apprécie guère. Il ne joue pas dans la cour pour enfants, alors qu’il est évident que Jason n’a pas une seconde mesuré les conséquences de ses actions. Et le tout s’aggrave, car Amy tue le vampire, refusant que Jason le laisse partir.

Il nous reste, seul dans son coin, Bill. Enfin pas seul, vu qu’Eric et Pam sont avec lui, mais on ne peut pas dire qu’ils font grand-chose. Bill non plus d’ailleurs. Les quelques scènes sont simplement là pour qu’on patiente jusqu’au cliffhanger final. Le problème de Bill est qu’on se sert de lui pour développer le monde des vampires, mais qu’on ne fait jamais l’inverse, soit utiliser cet univers pour développer Bill. Nous avons droit à une mise en scène, sorte de tribunal pour vampire avec un Magister à la tête. Le tout fait assez primaire, et conduit Bill à commettre une action qu’il n’aime pas : mordre dans une humaine, dans le but de la transformer.

Il ne reste plus que deux épisodes, et vous pouvez jeter un coup d’oeil à la promo du prochain épisode, To Love is to Bury :

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire