Bill révèle à Sookie sa véritable nature. Eric prend des précautions pour assurer l’avenir de Pam.

Après le délire médiatique lancé par Russell à la fin du précédent épisode, on aurait pu croire que l’on allait passer à la vitesse supérieure, surtout que la fin de la saison pointe le bout de son nez. Malgré ça, on va conserver la même cadence, et peu de choses vont se produire. Pire, cette fois, le cliffhanger de fin n’est pas réellement enthousiasmant.

Bref, on commence par Bill annonçant à Sookie qu’elle est la descendante d’une fée et que ces créatures sont délicieuses pour les vampires. Rien de neuf, donc, surtout qu’Eric ne va pas tarder à venir fourrer son nez là-dedans pour, une fois de plus, insinuer un doute dans l’esprit de Sookie au sujet de Bill et de ses intentions. Cela devient un peu trop redondant.

À côté de ça, l’épisode va se concentrer un peu sur Sam. Sa « victime » s’en est sortie, mais de mauvais souvenirs ont refait surface, dévoilant quel homme il pouvait être avant d’ouvrir son bar. L’idée ici est clairement de révéler une part sombre de son passé, de ce qu’il était capable de faire, ce qui met en avant le chemin qu’il a parcouru pour ne plus être un Mickens, en quelque sorte. Dommage que cela arrive si tardivement dans la saison, ou même dans la série, car cela aurait probablement mieux servi durant les multiples allusions sur ce qu’il a fait de lui-même pour devenir un homme respectable. Après coup, ce n’est pas inintéressant, surtout que ça justifiera certainement ce qu’il fera par la suite, mais, pour le moment, ça ressemble presque à du remplissage.

Dans le même esprit, Lafayette et Jesus faisant un trip au V, ça occupe de manière psychédélique, ça apporte une couche d’ombre et de mystique sur le personnage de Jesus, mais, dans l’immédiat, ça fait surtout passer le temps, car ni l’un ni l’autre ne semble être en position pour jouer un rôle dans les évènements de la fin de saison. Peut-être que l’on a là des bases pour la saison suivante.

D’ailleurs, une bonne partie de ce qui se passe avec Jason donne la même impression, comme s’il était pris entre l’épilogue de la saison précédente et le prélude de la prochaine, et ce, depuis le season premiere. Certes, il ne s’est pas réellement passé beaucoup de temps depuis… le début de la série, mais tout le monde avance dans un sens, alors que lui digère ses actes antérieurs en contemplant les erreurs à venir. Dans tout ça, Tara n’est qu’un catalyseur et sa détresse finit par ne ressembler qu’à un accessoire. On ne sait pas trop ce qu’il peut advenir d’elle, surtout qu’elle ne parait plus vraiment trouver sa place auprès des Stackhouse ou du Merlotte.

Dans un registre plus léger, Hoyt et Jessica finissent par se parler et par révéler leurs sentiments. Ça a duré assez longtemps, il fallait conclure. La fin semble d’ailleurs être un clin d’œil à Bill et Sookie, sauf que les rôles sont inversés. Tout ceci est quand même anecdotique.

Ce qui l’est moins, mais aurait gagné à être plus développé, c’est la relation Pam/Eric qui a quelque peu gagné dernièrement avec une remise en avant de ce qui les lie, mais trop peu de temps leur est accordé.

Au final, on continue comme dans les précédents épisodes. Les enjeux majeurs se dissipent dans les intrigues secondaires trop nombreuses qui dominent. Le danger devrait se faire sentir de plus en plus, mais la quasi-absence de Russell fait que ce n’est pas le cas. Dans la tradition de la série, le prochain épisode devrait régler une grosse partie des storylines pour laisser le season finale ouvrir pour la suite, ce qui est une perspective encourageante.