La dispersion ou l’art de ne rien dire dans True Blood

avatarun article de :
publié le :
4 août 2012 à 9:00
votre opinion :
8 commentaires

True Blood

Depuis sa première saison, True Blood est une série qui tend à beaucoup se disperser. Au départ, c’était plutôt discret, puisque l’on ne se concentrait pas sur beaucoup de personnages, un certain nombre étant cantonnés dans des lieux particuliers. Le temps a passé et l’histoire ne se focalise plus seulement sur Sookie, Bill, Jason et Sam ; non, maintenant, tous les habitants de Bon Temps qui ne sont pas de gros bouseux ont le droit à leur propre storyline !

J’exagère un peu, mais il est difficile de nier le fait que la majorité des protagonistes ont juste plus qu’il ne le mérite, tout particulièrement dans cette cinquième saison. Nous avons Sookie qui passe d’une histoire à une autre (en ce moment elle cherche le tueur de ses parents avec des fées), Jason qui l’aide quand il ne tente pas de régler ses problèmes relationnels avec Jessica – celle-ci est d’ailleurs un peu ballotée à droite et à gauche comme un simple accessoire avec lequel on ne sait pas trop quoi faire. Bill et Eric sont pris dans le dernier trip vampirique du moment, une affaire de conquête du Monde qui sonne aussi ridiculeusement qu’elle est mise en scène. Sam chasse ceux qui veulent tuer des shifters avec l’aide d’Andy qui a donc la chance de ne pas être encore pris dans la storyline la plus débile de la saison – il y a le temps pour changer ça. Terry est pourchassé par une malédiction… et Arlene croit qu’il a fondu un fusible. Lafayette fait toujours la même chose, il essaie d’éviter les problèmes et ceux-ci le rattrapent sans arrêt, ce qui ne s’arrange pas depuis qu’il est officiellement un médium. Hoyt… il est préférable de ne même pas s’arrêter sur lui, il n’est plus que l’ombre de lui-même et ce n’était pas forcément le plus brillant pour commencer. Tara est une vampire qui vient pourrir les histoires de Pam, parce que Sookie est trop occupée pour le faire (à quand un spin-off sur Pam pour lui rendre enfin justice ?). À dire vrai, il semble que Tara et Pam soient là pour justifier l’existence du décor du Fangtasia. Dans un autre genre, il y a Alcide qui est pris dans une intrigue qui va probablement rejoindre celle de Sookie ou celle de Bill et Eric à un moment, mais qui tourne sévèrement en rond dans le milieu peu passionnant des loups-garous. Enfin, Holly passe à l’occasion pour nous rappeler qu’en ce moment elle est la seule serveuse de chez Merlotte’s que personne n’a récemment essayé de tuer, et elle mérite une médaille pour ça.

publicite

Dans tous les épisodes, ils apparaissent tous et leurs histoires se doivent d’avancer ne serait-ce que d’un pouce. Comment est-ce que quoi que ce soit peut réellement évoluer à un moment ou un autre dans cette série ? Les épisodes durent 60 minutes, mais ce n’est pas suffisant parce que les scénaristes se refusent de laisser en arrière un ou plusieurs personnages pour avoir l’espace nécessaire pour écrire quelque chose de concret pour les autres.

Bien entendu, il y a toujours le cliffhanger qui doit nous motiver à en avoir quelque chose à faire. Soyons réalistes, au bout d’une soixantaine d’épisodes, le cliffhanger est juste une banalité de plus. On sait qu’il sera résolu en l’espace d’une scène ou deux avant le générique la semaine suivante, à quoi bon s’en préoccuper ?

Trop de twists qui tombent à plat, trop de personnages qui n’ont pas l’espace pour respirer, trop peu de temps, True Blood est complètement hors de contrôle et ne délivre même plus le fun minimum que l’on est en droit d’attendre de ce no-brainer estival.

La série n’a jamais vraiment eu l’air d’aller quelque part. Dès le départ Alan Ball et son équipe paraissaient avant tout préoccupés par ce qui allait venir que par ce qui se passait, mais au moins Sookie et ses amis (et ennemis) suivaient une direction à peu près tangible. C’était certes souvent grossièrement amené, mais c’était suffisant. Maintenant, True Blood ressemble à un assemblage ridicule de bout d’intrigues à moitié pensées qui sont balancées au hasard et en quantité pour qu’il y en ait pour tout le monde.

Espérons que le dernier tiers de la saison parvienne à se débarrasser du surplus étouffant de bagages pour parvenir à nous montrer qu’il y a encore quelqu’un aux commandes. Dans un sens, heureusement qu’Alan Ball cède sa place de showrunner, avec un peu de chance son remplaçant parviendra à arrêter cette débâcle avant qu’il ne soit trop tard pour la série.

Allez plus loin…

– Lire les critiques par épisodes et suivre l’actualité de la série.

Laissez un commentaire

©2006-2014 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
89 queries. 0,792 seconds.