Twin Peaks The Return: Visions halluci-lynchiennes

Aborder Twin Peaks The Return n’a rien d’évident. Comme beaucoup, quand le générique s’est posé sur l’ultime heure d’une œuvre en 18 parties, j’ai été assailli de deux sensations distinctes. La frustration bien évidemment et, paradoxalement, le sentiment d’avoir vu une œuvre complète, complexe, bizarroïde bien souvent, touchante en quelques rares moments.

Puis je me suis rappelé qui j’étais venu observer Lynch bien sûr. Tout devint alors évident, Twin Peaks The Return n’était pas juste une autre production télévisuelle, elle n’était pas une nouvelle saison d’une série des années 90. Non, Twin Peaks troisième du nom, dégouline de bout en bout des obsessions de son réalisateur, David Lynch.

Nous voici devant une série qui n’en est pas vraiment une, un film qui n’en est pas tellement un, somme toute est-ce un hybride étrangement rythmé, aussi fascinant que déstabilisant. Mais en clair, Twin Peaks The Return ça vaut quoi ?

Twin Peaks 2017, de quoi ça parle ?

Avec ce récit gigogne à la taille XXL, on évitera de s’égarer dans le nombre ahurissant d’intrigues développées par Lynch (qui ne trouvent pas toute une fin) pour se concentrer sur le cœur même de l’histoire : le retour de Dale Cooper.

Prisonnier de la Loge Noire depuis 25 ans, son « réveil » dans notre monde semble être l’élément déclencheur de toutes les autres storylines. Mais avant de réellement reprendre connaissance (à l’épisode 16), Lynch va emprunter une route bien sinueuse ou l’on retrouve quelques personnages mythiques. Le culte Gordon Cole (David Lynch au sommet de sa forme), Albert (Miguel Ferrer), le double maléfique de Cooper sobrement nommé M. C et également les habitants de Twin Peaks, mais peut-être avant tout, Dougie, une sorte d’adulte/enfant campé avec brio par un Kyle MacLachlan multifonction.

Si l’on sent un effort de la part du duo Frost/Lynch pour proposer une réelle suite au récit débuté il y a quelque 27 années de cela, il faut avouer que Lynch semble s’être totalement approprié Twin Peaks. On a souvent oublié l’influence de Mark Frost sur les deux premières saisons du show. Homme de télévision, Frost a toujours essayé de rendre la pensée du cinéaste la plus accessible possible. De plus, étant à l’époque diffusée sur le grand network américain ABC, Lynch avait dû faire des concessions sur sa propre vision en introduisant des intrigues soapesque, totalement absentes ici. Ce qui nous mène au second point, Twin Peaks 2017 est avant tout une œuvre lynchienne.

Du Lynch. Encore du Lynch. Rien que du Lynch.

Ces 18 parties bénéficient d’une liberté de ton assez extraordinaire même pour Showtime. On aurait du mal à voir comment l’épisode 8 — quasiment mutique et bourrée de symbolisme — aurait pu être diffusé sur ABC. L’esprit du réalisateur hante cette œuvre d’une exigence dingue. Le cinéaste pousse son spectateur à observer le moindre mouvement de caméra, les détails qui résident dans le port d’une tenue ou dans un dialogue cryptique.

Quand on s’y accroche, cette 3e saison est d’une audace peu présente dans le paysage télévisuel. On aurait pu craindre que Lynch ait tout simplement perdu la main. En effet, son dernier film remontait à 2006, pourtant l’ensemble de ces 18 parties est traversé par de sublimes images, des idées de mise en scène dingue et, comme souvent avec le réalisateur, de visions quasi hallucinogènes.

De plus, il déploie quelques réflexions très intéressantes sur le temps (le jeu des temporalités est assez fou), le vieillissement et la mort qui plane sur l’ensemble de cette nouvelle saison. Il nous pousse à nous interroger à de nombreuses reprises sur la notion de réalité et la signification du rêve ; il lance des pistes intrigantes sur la fibre fantastique de Twin Peaks avec l’explicitation des univers parallèles dans l’ultime partie, remettant pour l’occasion Laura Palmer sur les devants (Sheryl Lee impressionnante).

En choisissant de s’éloigner délibérément de l’ADN de sa série, on peut se demander si The Return contient encore des traces de ce qui faisait le charme de la première Twin Peaks.

Que reste-t-il de Twin Peaks ?

Il est ironique que cette troisième saison porte le nom de Twin Peaks tant l’action est dispatchée aux quatre coins de l’Amérique. De New York à Las Vegas en passant par le Dakota du Sud, le Montana, Philadelphie ou encore le Nouveau-Mexique, c’est un véritable road trip qui nous éloigne un peu (trop ?) de Twin Peaks.

Pourtant, l’émotion ne parvient à nous que quand on replonge au cœur de ce microcosme. C’est quand on retrouve la Dame à la buche agonisante. C’est quand on pousse la porte du Double R Diner que l’on reconnaît tant. C’est encore quand on recroise ces personnages abîmés par le temps et les épreuves d’une vie, Sarah Palmer, Audrey (dans une scène de danse d’une étrange beauté), Bobby, Shelly, Norma ou la tendresse candide de Lucy et Andy.

Plus qu’un lieu, Twin Peaks c’était un ton singulier qui misait sur le mélange des genres. On ne peut nier que The Return cherche toujours à refléter les nuances de la signification de la vie. Pour Frost et Lynch, l’existence est hilarante, terrifiante, romantique, touchante, bouleversante, ironique. Si la romance n’est que peu présente — on retiendra tout de même les retrouvailles emplies de tendresse de Norma et Ed — on ne peut nier que Lynch/Frost injecte encore quelques traits d’humour absurde. C’est notamment le cas avec l’étrangeté du personnage de Candie (Amy Shiels). On a aussi droit à quelques répliques cultes telles que le « Fuck you » de Diane (impeccable Laura Dern) ou le déjà légendaire « I am the FBI » de Dale Cooper.

Pour le reste, Showtime permet au réalisateur de débrider un peu la bête. Fini de jouer, cette fois-ci Lynch prend à bras-le-corps l’aspect horrifique de son show dans des scènes sanglantes par moment, mais surtout assez dérangeantes (une drôle de bestiole qui entre dans la bouche d’une jeune fille notamment). Prolongement de la terreur, le fantastique est — plus que jamais — au cœur du show. On parle d’esprit démoniaque, de possessions, de Tulpa (sorte d’entité spirituelle créée par la force de la volonté) et même de voyage dans le temps. Néanmoins, il reste sobre dans la nudité, peu présente en dehors de son final, ce qui est en soi rafraîchissant.

En conclusion, Twin Peaks The Return mérite-t-elle d’être vue ?

Je ne pourrais pas rentrer dans ce jeu consistant à savoir si Lynch a composé un chef-d’œuvre ou un foutage de gueule, car je pense que la réponse est bien plus nuancée que cela. Quand on se penche sur l’ensemble, on ne peut que pointer quelques problèmes de rythme et d’un récit hermétique dont on peut peiner à comprendre tous les tenants et aboutissants (surtout si on a pas vu Fire Walk With Me). Pourtant, aussi imparfaite soit-elle, j’ai plongé dans une œuvre totale, visionnaire et qui m’a bousculé — surtout face à cette fin en forme de cliffhanger qui semble être un pied de nez du réalisateur à ses détracteurs. Mais ce que je retiens, c’est que Lynch m’a donné probablement assez de matière pour théoriser durant les 25 prochaines années.

L'histoire secrète de Twin Peaks
List Price: EUR 24,95
Price: EUR 24,95
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link