Alors qu’ils sont en train de faire des courses, Alan, Charlie et Jake rencontrent Miss Pasternak. Cette dernière accuse Charlie d’avoir ruiné sa vie. Se sentant coupable, il va essayer d’aider la jeune femme à retomber sur ses pieds.

Tout d’abord, Miss Pasternak nous revient de l’épisode 3 de la saison 2, A Bag Full of Jawea. À l’époque, c’était Missy Pyle qui interprétait le rôle, repris pour l’occasion par Alicia Witt. Cette dernière étant rousse, on a, nous aussi, du mal à reconnaître Miss Pasternak lors de la première rencontre, mais on se souvient très bien du personnage, car son nom est revenu dans la conversation il y a un ou deux épisodes.

L’épisode va jouer sur la culpabilité de Charlie. Ce n’est pas la première fois, car plus il vieillit et plus il semble victime de crises de conscience. Bon, ce coup-ci ça concerne quelqu’un d’autre que lui, mais passons, ce n’est pas le moment de nous lancer dans une analyse psychologique de l’oncle alcoolique, il n’y a pas le temps pour ça.

Le début de saison est assez mou, mais cet épisode  n’est pas trop touché par cela. Certes, il a un côté un peu déjà vu, mais l’humour est efficace. Il faut dire que les blagues sur l’intellect et l’appétit de Jake ne vieillissent pas. De plus, dans ce genre d’épisode, Alan est souvent en forme, comme c’est le cas ici et Jon Cryer semble, dans ces cas-là, survolté, ce qui amplifie grandement les effets comiques de ses dialogues cinglants.

Sans être une totale réussite, cet épisode nous donne du pur Two And A Half Men, il n’y a donc pas trop à ce plaindre, sauf peut-être de l’absence d’Evelyn qui aurait apporté un plus non négligeable vu que Berta est apparut assez effacée.