Une bonne adaptation de comic book ? Constantine a le mérite d’essayer

Constantine - Saison 1

Cette saison, on ne peut pas dire que les adaptations de comic books sont en reste, bien au contraire, et ce n’est pas terminé. NBC tente naturellement sa chance et a ainsi opté pour Constantine. Héros de Hellblazer, John Constantine est un personnage qui a vu le jour dans Swamp Thing et a eu le droit à ses propres aventures dès les années 80 – publiées chez Vertigo, un label visant un public adulte.

Une première adaptation au cinéma avec Keanu Reeves n’a pas été une grande réussite et, pour la télévision, David Goyer promettait de faire mieux. C’est un engagement qui n’est cependant pas facile à tenir.

L’histoire se centre sur l’anglais John Constantine – ici incarné par Matt Ryan – qui est un exorciste/magicien/arnaqueur et j’en passe. Ce n’est pas une personne très sympathique à la base, ceux qui l’approchent en payant d’ailleurs souvent le prix. Il faut dire qu’il affronte démons et autres créatures maléfiques. Ce dernier point est parfait pour coupler la série avec Grimm le vendredi soir, ce sont dit les responsables de la programmation chez NBC. Malheureusement, être sur un network impose des limites créatives qui forcent les scénaristes à offrir une version différente de ce qu’une adaptation fidèle requiert.

John Constantine ne peut donc pas fumer devant la caméra, mais ce n’est pas véritablement un problème au bout du compte. D’ailleurs, dans le second épisode, on le voit avec une cigarette à la main, ce qui n’a pas rendu le personnage plus en adéquation avec ce qu’il est dans le comic book. Dans le registre, il y a d’autres obstacles à surmonter. Un qui pourrait s’améliorer se trouve être le jeu de Matt Ryan. Il a du mal à balancer les différentes facettes de la personnalité de Constantine. Quand ce dernier montre une tendance à opter pour l’humour facile et à foncer tête baissée vers le danger, son interprète s’enfonce dans trop de cabotinage, devenant assez insupportable. Il n’est alors pas aidé par des dialogues qui frôlent le grotesque et l’encouragent à virer à la caricature. Étonnement, le reste du casting parvient à être plus nuancé.

Malgré tout, comme il s’agit d’un début de série, il est normal qu’il y ait besoin de faire des ajustements, notamment pour les acteurs. Cela dit, les scénaristes se montrent ambitieux et font ce que la majorité des autres adaptations de comic books n’osent pas, ils ne se contentent pas de reprendre le nom du personnage et quelques idées ici et là – ce qu’ils font cependant avec Zed (Angelica Celaya) et Chas (Charles Halford) –, non, ils ont utilisé une histoire écrite par Jamie Delano, la toute première publiée dans Hellblazer.

C’est courageux, car cela encourage à la comparaison et tous les problèmes du show NBC deviennent encore plus flagrants. Le premier se trouve venir de cette idée de baser le Britannique John et ses amis à Atlanta, surtout si c’est pour les trimballer à travers les États-Unis par la suite. Le second est au niveau de l’ambiance. Celle-ci est bien trop générique. Loin de l’atmosphère sombre et crasseuse du comic book, la série qui devrait miser sur l’horreur ne parvient même pas à naviguer dans les eaux de The X-Files – là où elle aurait pourtant sa place. Enfin, la structure du scénario fait que les éléments de l’intrigue paraissent avant tout être posés les uns à la suite des autres au lieu de former un tout fluide et cohérent.

Concrètement, Constantine a donc le mérite d’essayer d’être une véritable adaptation, mais ne réussit pas à faire honneur au matériel d’origine. Au-delà de cet angle, la série enchaine pour le moment des épisodes inconsistants dans lesquels le personnage principal est souvent irritant pour de mauvaises raisons. Ce n’est pas tant qu’il se comporte comme un pourri qui fait qu’il est difficile de l’apprécier, mais parce qu’il débite sans arrêt des dialogues écrits d’une façon à nous rappeler qu’il est justement un peu pourri, même s’il est comme ça par défaut. Heureusement, il est convenablement entouré et, dans le registre, il serait pertinent que Chas soit bien plus présent.

L’ensemble est loin d’être irrécupérable à ce stade, il y a dans le comic book des storylines qui pourraient probablement être adaptées correctement et le show a de quoi devenir un procédural au moins du niveau de Grimm – regardable et divertissant, bien qu’oubliable – s’il trouve son propre rythme et si les scénaristes arrêtent d’essayer d’en faire plus que ce qu’ils peuvent réellement délivrer. Malheureusement, il se pourrait bien que Constantine n’ait pas le temps de convaincre.

Tags : Constantine Matt Ryan moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link