tara saison 3

Mardi 22 novembre 2011 à 8:15 | 1 commentaire | | | |

United States of Tara : Back to school (Saison 3)

par .

Tara décide de reprendre ses études pour obtenir le diplôme qu’il lui faut afin de pouvoir trouver du travail et aider Max. Kate cherche une nouvelle voie professionnelle de façon à quitter le domicile familial. Charmaine et Neil se préparent à accueillir leur nouveau-né.

Troisième et désormais dernière saison pour United States of Tara qui commence, comme la précédente, par un retour en force des alters. Ceux-ci ne semblent pas pouvoir rester silencieux sur la durée. Cela dit, les Gregson ont l’habitude, enfin, ils n’ont pas vraiment le choix, dans une certaine mesure.

publicite

L’originalité de la saison est que Tara a décidé d’aller de l’avant et de reprendre ses études. Tout ceci n’est en fait qu’un simple prétexte scénaristique pour planter le décor afin d’accueillir le Dr. Hattarras, un professeur de psychologie qui possède une vision de la maladie de Tara qui n’a pas encore été traitée jusqu’à présent : il n’y croit pas.

C’est donc déroutant au premier abord, mais il apparait rapidement que le docteur est surtout là pour représenter une opposition extérieure devant pousser Tara à réagir. Il faut dire que dans la famille, tout le monde est plutôt rodé et compose avec la situation, aussi folle qu’elle puisse devenir. Dr. Hattarras ne va cependant pas rester jusqu’au bout, devant se retirer au moment où sa présence commençait à être plus que pertinente, ce qui tend à rendre sa participation plutôt accessoire en fin de compte. Eddie Izzard offre tout de même une interprétation du docteur suffisamment imposante pour compenser cet effet, bien que ça ne change pas grand-chose à l’impact de son rôle.

Il faut dire que Tara est plutôt en roue libre cette saison. À un moment, elle impose une forme d’autorité sur ses alters, mais elle perd ensuite tout contrôle et le chaos s’installera progressivement, poussant tous les protagonistes à questionner leurs motivations.

Et il y a de quoi passer par ce genre de réflexions après tout. Max est sous-employé durant les deux tiers des épisodes ; Charmaine ayant enfin tout ce qu’elle veut, elle peine à maintenir son intérêt ; Kate se lance dans sa dernière lubie, comme tous les ans, sauf que cette fois c’est sérieux ; Marshall est lui-même, s’affirme toujours plus dans ses traits de caractère les moins appréciables.

La famille tend à devenir anecdotique, ne parvenant pas à s’imposer et à sortir de l’ombre d’une Tara qui rencontre des difficultés à rester cohérente d’un bout à l’autre. Les scénaristes ne semblent plus avoir d’autres solutions que d’entrainer leur concept à un niveau tel qu’il est difficile à saisir où tout ceci est censé aller.

Ces douze derniers épisodes entrainent donc lentement la série jusqu’au bord de l’implosion. Résultat, Toni Collette devient occasionnellement inconsistante dans son interprétation, amplifiant l’état de confusion qui règne dans les ultimes épisodes. Heureusement, la familiarité développée au fil du temps avec les protagonistes et l’univers du show permet à l’ensemble de garder un attrait suffisant, même quand certaines limites sont poussées légèrement trop loin.

Pour sa dernière saison, United States of Tara voit son concept exploiter au maximum de sa capacité, mais il est désormais trop clair que Tara ne pourra pas être soignée, ce qui tend à réduire l’impact de chaque nouvelle lueur d’espoir. Cela se répercute sur tous les personnages qui, eux aussi, délivrent leurs dernières munitions. Finalement, la série s’arrête probablement au bon moment, avant qu’elle ne commence à se répéter faute d’avoir déjà tout raconté.

Partager cet article

United States of Tara
publicite
54 queries. 0,773 seconds.