United States of Tara – Work (1.03)

Tara s’inquiète que Max s’intéresse plus à ses autres personnalités qu’à elle. Charmaine lui recommande de rencontrer sa boss pour un job. Kate commence son travail de serveuse. Marshall s’intéresse au théâtre.

Après avoir passé un épisode presque exclusivement avec Alice, Tara reprend le dessus et nous introduit un peu plus à sa condition. On rencontre sa psychiatre qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur ce qui a poussé Tara à arrêter ses médicaments. On aborde également ses frustrations vis-à-vis de la perception de ses « alters » par son mari. Après cela, elle va tenter de se lancer dans un nouveau travail, suivant les recommandations de Charmaine.

Au final, rien de bien passionnant et cela semble être globalement tout ce que la série veut nous proposer pour le moment. Le rythme n’est pas là, les sujets traités font un peu répétition par rapport aux deux premiers épisodes, et enfin, les va et vient entre les personnalités se posent comme un gros obstacle au développement du personnage. On connaît à peine Tara et la majorité de ses scènes semblent orientées de façon à ce que l’on pense que le changement va se produire, jusqu’à ce que cela se produise – au moment le plus logique, finalement.

Pour compenser, la vie des deux enfants bénéficie d’un peu plus d’attention. Ce n’est pas pour autant que cela captive. Marshall est bien gentil, mais – sans être antipathique – il n’est pas vraiment du genre bourré de potentiel. Sa sœur, Kate, une fois passé l’aspect ado en pleine rébellion, est un peu plus intéressante, mais apparaît comme se dirigeant clairement dans une situation on ne peut plus clichée.

Les enfants n’interagissant pas énormément avec leur mère, il parait assez clair qu’ils auront droit à vivre leurs aventures de leur côté. Le format 30 minutes n’aidant pas, on ne risque pas d’avoir des histoires très fouillées.

Bref, ce troisième épisode est très loin d’être captivant. Les personnages sont assez distants et souffrent d’un certain manque de direction, tout particulièrement Tara, mais cela est inhérent au concept. La série se dirige tout droit dans des pièges qu’elle est en train de se poser elle-même, espérons qu’elle les évite.