Elizabeth Mitchell

Erica est attaquée chez elle par un garde du hangar qu’elle a aidé à détruire. Les visiteurs aident le FBI sur l’enquête et les conduits auprès d’un terroriste. Chad doute sur la diagnostic médical fait au centre de guérison des V, alors que Ryan s’inquiète de la grossesse de Val.

Après une longue absence, la nouvelle version de V est de retour, et doit quasiment repartir de zéro, si ce n’est pas en terme narratif, en tout cas dans sa conquête du public.

C’est donc d’une certaine façon un nouveau départ, avec en moins la période d’exposition, bien que cet épisode va nous introduire un certain nombre d’éléments. Des 4 précédents, je gardais surtout le sentiment de tâtonnement, avec le difficile développement des thématiques exprimant la volonté de cette nouvelle monture de se différencier de l’originale, sans parvenir à se construire sur des bases solides. Il faut dire que quand la résistance s’incarne par 4 personnes – certes très compétentes – les ambitions sont largement au-dessus de ce que les moyens du bord permettent.

Cette impression ne va pas véritablement disparaître avec Welcome to the War, qui va quand même nous introduire deux protagonistes qui pourront avoir un rôle important à jouer dans la suite : une doctoresse et un pseudo-terroriste un peu minable. En espérant pour ce dernier que la suite lui offre quelque chose lui donnant l’opportunité de montrer qu’il n’est pas une huitre, comme le laisse étrangement paraître cet épisode.

En fait, nous continuons à jouer sur des silences et sur ce que nous ne sommes pas censés savoir, mais savons. Alors que j’attends que l’un de nos visiteurs se décide à réellement dévoiler sa peau (réellement, pas une simple écorchure, ou un cauchemar), ou passe à table, les scénaristes jouent avec cette notion. Ainsi, Valerie se met étrangement à saliver devant une souris morte, tandis que pour se dévoiler, Ryan expose son œil. Une idée ingénieuse pour lui – il ne va pas s’arracher la peau quand même – et plutôt stylisée, mais qui renforce encore plus le fait que la série se refuse à nous exposer l’évidence. Enfin, ce sentiment n’est peut-être pas présent si on n’a pas vu l’original.

Tout ceci n’est pas trop aidé par le fait que les intrigues ne sont pas très solides. Nous jonglons entre différentes idées, ce qui entre nous donne un enchainement de scènes non maitrisé dans la dernière ligne droite de l’épisode. Father Jack, blessé à la fin du dernier épisode, va être soigné par les visiteurs, amenant au sein même de la résistance le problème du vaccin développé par nos amis aliens, car on lui a inoculé. Pendant ce temps-là, Tyler est étudié dans le vaisseau-mère avec une sorte d’appareil passant en revue ses émotions, en jouant sur l’idée stupide qu’Anna peut ainsi l’émanciper de sa mère. On tient le pompon avec ce concept, il faut l’avouer. Par-dessus cela s’ajoute la grossesse de Valerie et la maladie de notre journaliste.

Le gros défaut est que quand l’intrigue ne progresse pas indépendamment du reste, les protagonistes semblent tous vouloir gérer leurs problèmes de leur côté. Cela est compréhensible pour Chad Decker, celui-ci n’étant relié qu’à Anna à l’heure actuelle, mais les membres de notre pseudo-résistance semblent se refuser à aborder les questions de front et à s’entraider. Comment abattre un ennemi quand on n’est même pas foutu de se confier ?

Quoi qu’il en soit, Welcome to the War ne fournit pas le retour qu’on aurait pu espérer, il se révèle même être un épisode extrêmement faible sur bien des points, malgré la bonne volonté des interprètes, cherchant à crédibiliser ce qu’on leur donne. En espérant qu’il ne faille pas trop de temps aux intrigues pour devenir consistantes et intéressantes. L’épisode a au moins l’avantage de donner la sensation que la série veut aller quelque part, bien qu’elle ne semble pas savoir comment s’y prendre.